Partager

IBK a répondu à ses détracteurs hier, après son vote : «Tout ce qui a été fait l’a été dans le seul intérêt du Mali»

C’est en compagnie de son épouse, Keïta Aminata Maïga, que le président de la République du Mali a accompli son devoir civique ce dimanche au centre de l’école AB de Sébénikoro. Juste après son vote, Ibrahim Boubacar Keïta s’est adressé à la presse nationale et internationale. Une occasion pour le chef de l’Etat de lancer un message d’espoir au peuple malien qu’il a appelé à élire des hommes et des femmes à hauteur de mission. Mais surtout, il en a profité pour répondre à ceux des Maliens qui ont marqué leur désaccord avec lui dans la gestion de certaines affaires du pays, notamment le nord.

«Le Mali est débout, avance et marche très bien. Je pense et j’espère que ces élections législatives vont se dérouler dans le calme, dans la transparence et qu’en fin de compte, on aura une grande joie nationale en portant à l’Assemblée nationale des hommes et des femmes qui sauront porter le projet dont le peuple malien nous a investis. Et c’est cela que je souhaite le plus ardemment. Et que notre pays retrouve sa convivialité d’antan, sa concorde. Et que le Mali reste soudé et dédié enfin à ses missions régaliennes : le développement du Mali et le bonheur des citoyens du Mali, de l’homme malien. C’est cela qui compte.

Et c’est cela mon seul but : la paix et le développement du Mali. Je crois qu’il y a eu des malentendus…mais le temps va s’estomper. On a ceci, on a fait cela. Tout ce qui a été fait l’a été dans le seul intérêt du Mali. J’ai dit j’assumerai tout qui sera bon de faire pour l’intérêt du Mali… Je pense que le temps fera son œuvre. Vous êtes des hommes et des femmes de la communication.

A vous également de passer le message de compréhension et d’explication dont le pays a besoin aujourd’hui. Mais pas de choses de l’ordre politicien, de bas étage. Le Mali est grand, le Mali a besoin de grandes choses et vous devez passer de grandes choses.

C’est ce message que je voulais porter ici aujourd’hui en disant encore une fois ma joie d’être venu voter un peu tardivement, parce que mon épouse était à Niamey, comme vous le savez très bien. Il aura quand même fallu attendre que son avion se pose pour que nous venions voter ensemble. Qu’aurait-on dit si j’étais venu voter tout seul ? Voilà donc, tout le monde est satisfait et nous rentrons heureux à la maison après avoir accompli notre devoir de citoyen. C’est le jour de l’humilité citoyenne. Et tout citoyen malien, quelque fut son rang, a le devoir de se rendre aux urnes pour accomplir son devoir de citoyen. Voilà !»

Bakary SOGODOGO

Le Prétoire du 25 Novembre 2013