Partager

C’est devant la communauté malienne de France que le Président IBK a fait cette révélation. En affirmant pour la énième fois » Corruption : Tolérance Zéro « , le président de la République a coupé le sommeil à ces centaines de personnes impliquées dans les cas de malversations évoqués dans les Bulletins d’information 2011 et 2012 de la CASCA.

avec l’arrestation suivie de l’inculpation du Général Amadou Haya Sanogo, les citoyens ont commencé à croire réellement aux propos du président IBK. Le président de la République vient, en effet, de rompre avec une vieille tradition de nos dirigeants consistant à » ne jamais lier le geste à la parole « .

S’agissant spécifiquement de la lutte contre la corruption, on a plutôt l’habitude d’entendre qu’il » ne faut pas humilier un chef de famille « . ATT a lancé cette phrase à la grande stupéfaction d’une opinion qui ne cesse d’accuser nos dirigeants de protéger les délinquants de tous genres. On sait quel préjudice cela a causé à la crédibilité de l’Etat et aux deniers publics. Les différents rapports de l’intrépide VegalSidi Sosso avaient été, en son temps, remis à la justice par ATT ; cela après un travail de tri opéré par la CASCA. Mais en aucun moment personne n’a vu un juge convoquer un mis en cause dans ces rapports. C’était comme si l’intention des décideurs était de distraire le peuple. Le pauvre Sidi Sosso avait été, par la suite, humilié et désavoué sans qu’on ne le fasse savoir publiquement. Suite à ce désaveu, des gens s’étaient même interrogés s’il ne fallait pas plutôt fermer le BVG qui ne servait…à rien. Alors que le Vérificateur général, son adjoint et les vérificateurs assistants sont payés à coup de millions FCFA par mois. Quelle déperdition de ressources

Avec les premières paroles d’IBK, l’opinion commence à croire que la lutte contre la corruption va quitter la sphère des déclarations démagogiques. En décidant de remettre à la justice les 100 dossiers portant sur diverses malversations de deniers publics, le président de la République semble vouloir prendre à bras le corps le vaste et délicat chantier de la lutte contre la corruption et la délinquance financière. Mais attendons de voir si tous les délinquants seront logés à la même enseigne. C’est-à-dire si la lutte ne sera pas sélective.
En tout cas, l’opinion nationale attend d’être mise au courant du contenu du Rapport 2012 du BVG. Dans lequel un ministre serait impliqué dans des dossiers ayant causé un préjudice de 425 millions FCFA à l’Etat.

Mamadou FOFANA

L’Indépendant du 11 déc 2013