Partager

Depuis longtemps, l’hygiène alimentaire est devenue un problème de santé publique dans notre pays. Un mal qui est pourtant connu de tous, mais qui demeure encore sans solution appropriée. L’hygiène alimentaire est le principe le plus important de la santé humaine.

L’état des aliments que nous mangeons en longueur de journée est d’une importance capitale dans la vie de l’homme, surtout pour sa santé. Cependant, l’état de propreté et de santé des aliments est le plus souvent pris à la légère par les décideurs, et par les populations elles-mêmes. Une attention particulière doit être prêtée à ce problème de santé publique car à Bamako en particulier, les gens se nourrissent plus au dehors qu’en famille. Or ces aliments qu’ils mangent en dehors de leurs foyers sont impropres et peuvent avoir des conséquences pour leur santé. Les devantures des marchés, des écoles et des hôpitaux, entre autres, sont les endroits privilégiés où fleurit le commerce d’aliments « préparés ».

Partout, il y a de petits coins de vente de nourriture, ou plutôt des «restaurants à ciel ouvert » à travers la ville de Bamako. Aussi disparates et diversifiés qu’ils soient, ces coins de vente ne servent pas tous une bonne alimentation et il est même très difficile d’y maintenir une hygiène alimentaire digne de ce nom. Les femmes qui sont les principales actrices de cette activité ne font rien pour rendre leurs plats attrayants ou appétissants.

En plus, les aliments à consommer sont toujours exposés à la poussière, aux insectes, surtout aux mouches et autres agents pathogènes. Quant à l’assainissement de ces lieux de vente de « repas », n’en parlons pas au risque de…vomir.

Bourama Traoré

Le Combat du 15 Novembre 2012