Partager

Le ministère chargé des relations avec les institutions, dirigé par Mme Diabaté Fatoumata Guindo, vient de faire le point de la première séance plénière de l’Assemblée nationale, tenue le 24 avril. Au cours de laquelle, les élus de la nation ont examiné et adopté trois projets de loi relatifs à la convention portant statut du fleuve Volta et la création de l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV) à l’Accord de crédit pour le financement de la phase II du Projet d’assainissement de la zone industrielle de Sotuba et, enfin, le projet relatif au second crédit d’appui à la stratégie de réduction de la pauvreté.

Conformément à sa mission, le ministre chargé des relations avec les institutions a publié une note de présentation sur les travaux de la première séance plénière de l’Assemblée nationale tenue le jeudi 24 avril. Lesquels travaux ont vu l’examen et l’adoption de trois projets majeurs dont deux étaient des ordonnances prises par le gouvernement pendant l’intercession que le Parlement se devait de ratifier.

Le premier projet de loi est relative à la ratification de la Convention portant statut du fleuve Volta et la création de l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV) signée à Ouagadougou, le 19 janvier 2007. Le bassin hydraulique de la Volta, d’environ 400 000 km2, couvre six pays dont le Mali à travers son affluent le Sourou dans le cercle de San.

L’Autorité du Bassin de la Volta aura pour mandat de promouvoir les outils de concertation permanente entre les parties prenantes, de promouvoir la mise en œuvre de la gestion intégrée des ressources en eau, d’autoriser la réalisation des ouvrages et projets communs.

L’adhésion du Mali à cette Convention conforte son engagement à promouvoir l’intégration économique. Le second projet de loi a trait à l’accord de crédit, signé le 25 janvier 2008, entre la République du Mali et Fortis Bank pour le financement de la phase II du Projet d’assainissement de la zone industrielle de Sotuba.

D’un montant de plus de 1,3 milliard de FCFA, ces fonds vont contribuer à l’achèvement de la construction d’un système d’égout pour les eaux usées industrielles, au curage et l’extension du réseau de collecteurs et de caniveaux pour l’évacuation des eaux de pluies et à la fourniture et l’installation des raccordements des usines.

Quant au projet relatif à l’accord de financement, signé le 10 mars, entre le gouvernement du Mali et l’Association internationale de développement (AID) relatif au second crédit d’appui à la stratégie de réduction de la pauvreté, il est d’un montant de 19,5 milliards de FCFA.

S’inscrivant dans le cadre de l’aide budgétaire, il va contribuer au financement du Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (CSCRP) en vue d’appuyer les efforts du gouvernement dans la réalisation d’une stabilité macro-économique, renforcer les fondements d’une croissance économique forte, durable et équitable. Il va contribuer aussi à améliorer l’accès aux services sociaux de base.

Youssouf CAMARA

30 Avril 2008