Partager


Après la rentrée des classes à Koulouba, il y a deux mois, Modibo Sidibé a réuni ses élèves pour un séminaire gouvernemental. Il s’agit d’apprendre et surtout d’appliquer à la lettre le contenu du PDES comme une vérité d’évangile.

Pour ceux qui ne le savent pas, le PDES, c’est le programme de la formation présidentielle intitulée Parti de la demande sociale. Pour cela chaque camarade doit se soumettre à un bourrage de crâne comme dans un parti stalinien. Et même là, le Premier ministre doit frapper fort (si possible avec un marteau) pour bien faire ancrer la leçon.

Car si on admet que tous ses élèves ont la tête bien pleine, ils n’ont pas tous la tête bien faite. Parmi eux il y a des ânes et des cancres, qui ne sont là que par la providence. Au finish, comme le lui a recommandé son mentor, il sera obligé d’évaluer les uns, de dévaluer les autres, culture du résultat oblige.

Mais des ministres en séminaire, on ne voit ça que sous les tropiques. Après la formation, la maladie de la perdiémite qui fait des ravages dans tout le pays, va-t-elle infecter des gens aussi bourrés de sous ?

Impressions d’un coopérant : «dans d’autres pays, on paie pour se former, mais ici au Mali, on vous paie pour vous former».


M L D

26 novembre 2007.Œ