Partager


Trois sociétés
: la société SNF (Société N’Diaye et Frères), le Groupe Tomota et DAGRIS avaient soumissionné pour la cession de l’HUICOMA. C’est finalement le groupe Tomota qui l’a enlevé. Ce sont les banques: la BICIM, ECObank Mali et la BIM qui ont mobilisé les sous pour son achat. C’est-à-dire 9 milliards de FCFA, prix d’achat de l’Huilerie Cotonnière du Mali (HUICOMA).

La cession de la société a été annoncée en ces termes par Mme Soumaré Aminata Sidibé, ex-ministre des domaines de l’Etat et des Affaires foncières : «L’événement constitue une manifestation de volonté du gouvernement de concrétiser la politique de désengagement de l’Etat des activités concurrentielles en faveur des opérateurs économiques privés maliens.»

Une politique qui a comme objectif prioritaire entre autre : assurer la pérennité des entreprises à privatiser par l’amélioration de leur efficacité et de leur rendre compétitive; renforcer et redynamiser le secteur privé malien afin qu’il soit le développement économique et social (PDES) du Mali ; aménager l’équilibre des finances publiques en réduisant dans le budget de l’Etat la part des dépenses de certaines entreprises publiques.

Quant au repreneur de l’HUICOMA, Alou Tomota, il a laissé entendre qu’il a investi 14 milliards soit 30 milliards de FCFA dans cette société sur fonds propres, (banque de la place).

L’acte de cession définit l’investissement en ces termes: « L’investissement désigne l’acquisition de tout bien en vue de moderniser l’outil de production et d’accroître sa production ou sa productivité ». Quel à été donc le rôle de la commission de suivi dans tout cela?
On sait que Alou Tomota a trouvé à HUICOMA plus de deux milliards de stock de produits finis.

Paradoxalement, le Groupe Tomota qui totalise neuf sociétés. Personne ne connaît ses actionnaires. Comment une entreprise dont le capital fait seulement 100 millions de FCFA a pu acheter la quasi-totalité des actions d’une société de plus de 16 milliards de capital. Depuis le 2 Juin 2005, HUICOMA cédée par le « Groupe ATT » au Groupe Tomota a mis les travailleurs dans le coma.


Safounè Koumba

30 Juin 2008