Partager

Après 72 heures de grève en octobre, 96 heures en novembre, les travailleurs de l’hôpital Gabriel Touré ont encore remis ça. Ils observent, depuis hier, une grève de 72 heures pour exiger la satisfaction de leurs doléances, notamment l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel, des conditions d’hygiène, d’accueil et de soins au sein de l’établissement, l’exécution en vue de leur extinction définitive des différents protocoles d’accord signés entre le ministère de la Santé et du Développement social et le comité syndical de l’hôpital. En cas de non satisfaction de ces points, la grève se poursuivra pendant 192 heures tous les lundis et mardis du mois de janvier 2021 avec possibilité de glisser sur février prochain sans déposer un autre préavis.

Selon le secrétaire général adjoint du syndicat, Djimé Kanté, il n’y a aucun accord sur ces différents points. Alors que des accords avaient été trouvés dans les discussions autour des précédentes grèves. Il a précisé que tous ces accords sont, aujourd’hui, remis en cause. Pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs, le syndicat demande le parachèvement du processus d’intégration dans la Fonction publique de l’état du personnel contractuel payé sur fonds propres. Un processus en cours, depuis 2006, conduisant à tenir compte de la situation administrative actualisée des agents à intégrer et en régularisant celle de ceux déjà intégrés.

Les syndicalistes réclament aussi l’effectivité de la prise en charge gratuite des soins médicaux et des médicaments pour le personnel socio-sanitaire assujetti à l’AMO, conformément aux engagements, le payement intégral sans délai de tous les arriérés d’émoluments des bi-appartenants et l’intégration de leurs émoluments dans leurs salaires en application du procès-verbal de conciliation du 16 avril 2017 relatif au préavis de grève illimitée du Syndicat national de la santé, de l’action sociale et de la promotion de la femme du 15 février 2017.

Djimé Kanté trouve injuste que 51.000 Fcfa ne soient prélevés que sur les salaires du personnel de Gabriel Touré seulement. Il rappelle aussi l’urgence de la réhabilitation de certaines salles d’hospitalisation en pédiatrie et gastro-entérologie et des blocs opératoires et d’autres services. Tout comme l’aménagement des alentours immédiats et de la cour de l’hôpital ainsi que des systèmes d’évacuation des eaux usées et d’écoulement, l’ouverture immédiate de guichets supplémentaires et la réorganisation du fonctionnement des guichets de «l’espace AMO».

Fatoumata NAPHO

Source: L’Essor