Partager

Si les malades et autres usagers devraient porter une appréciation, à fleurets mouchetés, sur nos établissements hospitaliers au regard des prestations mesurées à l’aune de leur satisfaction, de la volonté de l’administration hospitalière à mettre le malade au cœur du projet de soins et des possibilités de diagnostic, en termes d’analyses biomédicales et d’actes d’imagerie médicale (radio, scanner voire IRM), tous auraient donné un satisfecit à l’Hôpital du Mali. Tant ce fleuron de la coopération sino-malienne s’impose, aujourd’hui, comme le nec le plus ultra en matière de soins de 3è référence. L’établissement a tenu, hier, dans ses propres locaux la 17è session de son conseil d’administration. La réunion était dirigée par le secrétaire général du ministère de la Santé et du Développement social, Aly Diop, en présence du directeur général de l’établissement hospitalier, Ousmane Attaher Dicko.

L’ordre du jour portait sur l’élection du président du conseil d’administration pour succéder à l’ancien Dr Bassidiki Traoré qui a été rappelé à Dieu l’année dernière. Badou Sabounou de Redecoma (une association des consommateurs) a été élu par les administrateurs. Ceux-ci ont aussi planché sur différents documents soumis à leur approbation, notamment le rapport d’activités et l’exécution du budget de l’exercice écoulé. Ils se sont aussi prononcés sur le programme opérationnel et le projet de budget 2021.  

La crise sanitaire liée à la Covid-19 survenue l’année dernière dans notre pays a impacté aussi les activités de nos structures hospitalières. Nonobstant ce contexte difficile, le seul établissement hospitalier public de la rive droite a été particulièrement actif. Il a réalisé 48.862 consultations externes, 70.624 examens de laboratoire et 17.621 actes d’imagerie médicale. Il faut rappeler que les chirurgiens de l’établissement à l’expertise avérée n’ont pas chômé non plus. Ils ont réalisé 1.049 interventions chirurgicales. L’hôpital a également accueilli en hospitalisation 4.646 patients.

Le secrétaire général du département en charge de la Santé a rappelé que l’année 2020 a été marquée par divers goulots d’étranglement comme l’insuffisance des ressources humaines et financières, la lourdeur des procédures d’approvisionnement. Pour lui, il est clair que «s’y ajoute l’épidémie de la Covid-19 qui n’est pas encore totalement jugulée dans notre pays. Et l’année 2021 ne se présente pas sous de meilleurs présages, car la pandémie reste toujours présente». 

Il a aussi salué les efforts de la structure hospitalière dans le cadre de la prise en charge des patients Covid-19 qui a assuré les soins pour 2.449 patients du 29 mars au 31 décembre 2020 avec un taux de guérison de 95,5%, soit 2.339 patients ayant recouvré totalement la santé après leur séjour à l’hôpital. Il a bien apprécié le bilan de l’établissement. «Les résultats obtenus l’ont été aussi grâce à l’engagement de l’ensemble du personnel et de la Mission médicale chinoise» à qui il a rendu un hommage appuyé pour les efforts accomplis afin de soulager les souffrances de nos compatriotes. 

Le directeur général a énuméré des statistiques encourageantes même si lui-même reconnaît que son établissement est loin de ses chiffres habituels (parce que l’hôpital à très souvent réalisé plus de 100% de ses prévisions) du fait de la Covid-19. Il a aussi expliqué que sa structure est dans la perspective d’établir avec des partenaires des conventions qui seront soumis à l’appréciation des administrateurs et de poursuivre l’extension (hospitalisation, bloc opératoire, service de radiothérapie et autres). 

Pour ce qui concerne la menace Ebola, Ousmane Attaher Dicko a expliqué que son établissement hospitalier a mis en place une commission de gestion des épidémies. «Chaque fois qu’il y a une épidémie, nous activons la commission avec une cellule technique». Pour le nouvel exercice entamé, le budget prévisionnel de l’établissement est estimé en recettes et en dépenses à un peu plus de 5,3 milliards de Fcfa contre un peu plus de 5,9 milliards l’année dernière, soit une baisse d’environ 638 millions de Fcfa. 


Bréhima DOUMBIA 

Source: L’Essor