Partager

Le groupe parlementaire ADP-Maliba/Sadi a animé un point de presse le Mercredi 02 Novembre 2016 au siège de l’ADP-Mali dans le but d’afficher les ambitions du groupe en faveur d’un Mali flamboyant dans le concert des nations, d’expliquer les multiples actions qu’ils mèneront au sein de l’opposition tout en fustigeant la gestion du régime IBK. Les députés démissionnaires du parti au pouvoir ont saisi de l’occasion pour clarifier les raisons de leur départ qui selon eux n’a rien de fondement pécuniaire comme crié sur tous les toits par certains de leurs anciens collègues du Rpm.

Dans la déclaration lue par le porte parole du groupe parlementaire ADP-Maliba /Sadi, l’honorable Bakary Diarra, il a signalé qu’ils œuvreront au renforcement de l’autorité de l’Etat. « Nous croyons qu’il faut lutter contre les fléaux qui minent le Mali aujourd’hui à savoir : la corruption, la délinquance financière, la délinquance foncière, le népotisme, l’ethnicisme etc », a-t-il ajouté. De l’analyse de la situation globale du pays et de sa gouvernance, il apparait que l’égalité des chances et le mérite n’existent plus décrié-t-il. « Nous ferons tout pour que ces valeurs soient à nouveau promues afin de favoriser l’épanouissement humain de tous les maliens. Nous veillerons à la sauvegarde de l’unité nationale du pays, nous battrons pour une justice équitable garantissant l’égalité de tous les citoyens devant la loi. Notre groupe parlementaire, agissant au nom des partis ADP-Maliba et Sadi considère le travail comme une valeur. Nous voulons que le travail soit encouragé et respecté et que chacun puisse vivre dignement de son travail. En ce sens, nous réaffirmons notre volonté de voir l’éducation, la formation et l’économie réformées pour qu’ils assurent à tous un travail décent » insiste-il. L’honorable Bakary Diarra a affirmé qu’il récuse énergiquement un Mali aux institutions et à la gestion opaques qui déciderait de tout à la place du peuple malien. Le porte parole du groupe parlementaire a noté qu’il rejette la nouvelle loi électorale et demande son annulation par la cour constitutionnelle. Se prêtant à la question des journalistes sur l’éviction de son poste de deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Amadou Thiam a fait savoir qu’il est dans l’hémicycle dans le seul but de servir son pays, et cette mission qu’il peut bien la mener à bon port dans n’importe quel poste qu’on lui confiera. Il a ajouté que le président IBK ne pourra rien apporter au Mali. Les députés démissionnaires du RPM ont aussi saisi de l’occasion pour démentir les raisons évoqués par certains de leurs anciens collègues arguant qu’ils ont rejoint l’ADP-Maliba moyennant des faramineuses sommes. Ils ont fait savoir qu’ils ont rejoins l’ADP-Maliba juste pour leur vision envers un Mali émergent, voie que le parti au pouvoir n’emprunte point.

Moussa Samba Diallo

03 Novembre 2016