Partager

IBK dénonce la duplicité de la communauté internationale

C’est un président de la République triste qui s’est adressé à ses concitoyens et à la communauté internationale au Camp militaire Amadou Cheickou Tall de Ségou, deuxième région militaire du Mali, pour rendre un dernier hommage aux soldats tombés à Nampala. Dans un langage à peine voilé, IBK a dénoncé la duplicité de ceux-là qui se disent partenaires de la résolution de la crise que notre pays traverse depuis 2012.

La date du jeudi 21 juillet 2016 restera gravée dans les annales de l’armée malienne. En effet, pour l’une des rares fois, le Mali, de Kayes à Kidal, s’est mobilisé pour rendre un dernier hommage aux soldats tombés sur le champ de l’honneur.

C’est dans un climat de tristesse et d’émotion que la nation malienne, avec à sa tête le président de la République, les membres du gouvernement et certains «partenaires» dont la Minusma et la France, a assisté aux funérailles nationales organisées pour les adieux de la République aux 17 soldats tombés à Nampala ce 19 juillet 2016, lors d’une attaque terroriste contre le camp militaire de ladite localité, à la frontière mauritanienne. Avant cette cérémonie, la délégation présidentielle a rendu visite aux blessés de cette attaque barbarie à l’hôpital régional de Ségou.

Appel à un partenariat plus sincère

Cette cérémonie fut l’occasion pour le Président de la République de mettre sur la place publique le manque de soutien nécessaire dont le Mali est victime dans la lutte contre le terrorisme. Et ce de la part de certains partenaires dont la Minusma et la force Barkhane qui sont censées soutenir le Mali dans cette lutte. Toute la symbolique de ses émotions résidait dans le privilège qu’IBK a accordé à l’usage de la langue nationale bambara dans son adresse. Comme pour signifier l’abandon dont sont victimes lui et son peuple de la part de ceux qui se disent les «amis» du Mali. Puis, dans un langage clair, en français, le chef suprême des armées a mis les «partenaires» face à leur responsabilité, en les invitant à un soutien beaucoup plus sincère, dans l’honneur et la dignité. Le Président de la République s’est dit fier des jeunes tombés sur le champ d’honneur, avant de rappeler que le Mali est en guerre. Les moyens de surveillance aérienne, les hélicos de combat sont nécessaires pour assurer la défense du pays, a laissé entendre le chef de l’Etat qui n’a pas caché les difficultés liées aux commandes militaires passées par le pays. « Le peuple du Mali traverse un moment difficile aujourd’hui; le fruit du terrorisme, une nouveauté du siècle. Nous sommes aujourd’hui à Ségou en deuil, pleurant nos enfants tombés sur le champ d’honneur dans la fleur de l’âge. Entre 20 et 30 ans maximum, un âge où certains choisissent d’autres divertissements. Face à la gravité de la situation, ces jeunes ont choisi de servir le Mali de la manière la plus noble: l’armée malienne. Leur mort doit être un levain de résistance pour le peuple du Mali, le refus de l’abjection et la contre-valeur humaine. Jeunes du Mali, nous sommes fiers de vous, de ce sacrifice pour la patrie ! Nous faisons le serment de cette place, de tenir l’engagement: faire en sorte que l’armée du Mali soit à hauteur de mission, qu’elle évite les humiliations. Nuit et jour, je remue ciel et terre pour que les amis du Mali comprennent que le Mali est en guerre. Que l’arme aérienne est absolument incontournable pour la défense du Mali. Qu’il nous faut des hélicoptères, des avions de reconnaissance, des avions de transport. Tout cela nous a conduits à initier la Loi de programmation militaire. Malheureusement, le Mali n’étant pas un fabricant d’armes, il est tenu par des délais de livraison des commandes visant à équiper l’armée nationale. Toujours pour un facteur ou un autre, le délai est repoussé. L’amitié est à cette aune-là aujourd’hui: l’appui au Mali. Un appui réel, de solidarité vraie, non mégotée, à hauteur de dignité et d’honneur. Pour le reste, je ne rentre dans aucune polémique indigne. Ma mission, je la sais et je l’assumerai à votre honneur, mes enfants, avec dignité». C’est en ces termes que le président de la République s’est adressé aux «partenaires» du Mali, avant une longue intervention en langue nationale bambara pour mieux exprimer son indignation. Cette demande de solidarité vraie est, sans nul doute, adressée contre le refus de la Minusma de répondre favorablement à la demande du premier responsable de la deuxième région militaire du Mali, le Colonel-major Takin, d’apporter un appui à l’armée malienne pendant l’attaque du camp de Nampala. Comme si cela ne suffisait pas, selon certaines sources militaires contactées lors de la cérémonie des funérailles, ce même «partenaire» d’une autre nature n’a pointé le nez qu’après l’attaque, apportant des cercueils qu’il a proposés pour le transport des corps. Mais, un digne fils de l’armée malienne, le Colonel-major Takini, a eu le sens du patriotisme et de la dignité en refusant catégoriquement l’hypocrisie de la mission onusienne. Cette posture que les Maliens ont appréciée chez IBK, qui a consisté à décrier publiquement la duplicité de la communauté internationale, doit persister et se renforcer s’il compte bénéficier du soutien réel du peuple et de tous ceux qui aspirent à la liberté à travers le monde. Il n’y a que cela pour contrer ces nouvelles formes de domination étrangère.

Devoir de mémoire et de reconnaissance

Après avoir décrété en Conseil des ministres du mercredi dernier un deuil national de trois jours et l’Etat d’urgence, la nation malienne a rendu un dernier hommage aux victimes de Nampala. C’était au camp militaire Amadou Cheickou Tall de Ségou, sous la présidence du chef suprême des armées et en présence des parents des victimes. S’y ajoutent le chef d’Etat-major général des armées, le Général de division Didier Dakouo; le chef de la Minusma, Mohamed Saleh Annadif; l’Ambassadeur de France au Mali; le Gouverneur de la région de Ségou et le chef de la région militaire.

La cérémonie a été marquée par la décoration à titre posthume des victimes, la lecture de l’oraison funèbre et la prière mortuaire. Elle a pris fin par l’inhumation des corps au cimetière du camp militaire de Ségou. Toutes les victimes ont reçu, à titre posthume, la Croix de la valeur militaire. Aussi, le ministre de la Défense et des Anciens combattants a-t-il remis 59 médailles du Mérite militaire au Commandant de la 2ème région militaire pour le détachement dépêché à Nampala, commandé par le Capitaine Abel Poudiougou. A noter que les caporaux Adama Zongo et Sidi Coulibaly ont été inhumés sur place à Nampala le jour de l’attaque, d’après le Lieutenant-colonel Modibo Kane Togola.

Dans son adresse en langue nationale bambara, le président de la République a indiqué que les ennemis du Mali sont allés très loin cette fois-ci en tuant lâchement ces 17 jeunes soldats dans la fleur de l’âge. Selon lui, ces jeunes sont morts avec honneur et dignité dans l’accomplissement de leur mission, celle de la défense de la patrie. Selon le chef de l’Etat, l’intégration de ces jeunes dans l’armée malienne pour défendre la nation est un signe fort d’attachement à la patrie et à l’unité nationale. «Cette attaque ne restera pas impunie. La réponse sera à la hauteur. Nous sommes fiers de vous. Vous avez fait honneur à la patrie et au peuple du Mali. Mes chers enfants, toute vie n’est pas de dignité, mais la leur le fut jusqu’à l’heure ultime.»

Soutien renouvelé aux forces armées maliennes (FAMa)

Le chef suprême des armées a réitéré sa totale confiance aux FAMa qui sont, dit-il, à la hauteur des attentes et relèveront les défis sécuritaires auxquels le pays est confronté.
«Je me soucie jour et nuit des conditions de travail de nos forces armées et je ne cesserai de me battre afin qu’elles aient ce qui leur faut pour défendre la patrie. Il nous faut des hélicoptères de combat, des avions de reconnaissance et de transport», a affirmé le président de la République.

Nouhoum DICKO
Le Prétoire du 25 Juillet 2016