Partager

Contrairement aux années précédentes, l’hivernage, cette année dans notre pays, tarde à s’installer. D’ores et déjà des paysans paniquent ou mettent en doute la réussite de la campagne agricole 2007-2008.

La semaine dernière, en compagnie du programme d’Appui aux collectivités décentralisées pour un développement participatif (Acodep), nous avons visité plusieurs zones agropastorales de notre pays. Le constat est amer. Partout, les paysans ont exprimé leurs inquiétudes face à la rareté des précipitations.

« L’hivernage a pris beaucoup de retard cette année. Depuis 1984, on n’a jamais assisté à un tel début. L’année dernière, on a commencé à semer le 1er juin et le 15 juin a trouvé que ça poussait. Nous sommes en fin juin, il ne pleut presque pas. Il ne fait que pluvioter. On n’a jusqu’à présent pas commencé à semer. Pour que l’hivernage de cette année soit sauvé, il faut qu’il pleuve normalement jusqu’au mois de septembre », a dit Famagan Dembélé, cultivateur à Coumakiré. « Je viens d’effectuer des visites à Nara et à Dili. Il ne pleut pas du tout », a ajouté Boubacar Guittèye, formateur à Acodep.

Au Mali l’agriculture est le socle de l’économie et constitue la principale activité de nos populations rurales. C’est pourquoi nos autorités ont, en plus des aménagements et équipement des paysans, initié l’opération « pluies provoquées » pour lutter contre la sécheresse.

L’opération a, semble-t-il, fait ses preuves lors de la campagne agricole écoulée. Des paysans voulaient se rassurer sur sa poursuite, mais c’est toujours le silence radio de ce côté.

« Nous sommes prêts à cultiver. Les machines et les semences sont prêtes, mais il ne pleut pas. Si on fait encore plus d’une semaine sans pluie, certaines semences ne pourront plus être semées », a regretté Mamadi Kéita, paysan à Kokofata.

Pour Mme Oumou Diallo, cadre au ministère de l’Agriculture, il est encore trop tôt pour tirer la sonnette d’alarme car la campagne agricole peut toujours être sauvée.

Sidiki Doumbia
(stagiaire)

03 juillet 2007.