Partager

curage.jpgDepuis 2002, dans le district de Bamako, une tradition s’est instituée dans les activités d’assainissement des pouvoirs publics et des collectivités : le curage des caniveaux et l’aménagement des collecteurs.

Chaque année, le nettoyage des caniveaux, le curage et l’aménagement des collecteurs coûtent environ 200 millions de Fcfa au budget national.

Trois acteurs principaux sont impliqués dans ce travail d’entretien: La Direction régionale des routes, la mairie du District à travers la Cellule technique d’appui aux collectivités (CETAC) et la Direction nationale de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances (DNACPN).

Ces activités marquent la volonté des pouvoirs publics à offrir un environnement assaini aux citoyens, ainsi qu’à soumettre le district de Bamako à moins de risques d’inondation.

Les caniveaux et les collecteurs, en tant qu’ouvrages d’assainissement, jouent le même rôle de drainage des eaux de pluies.

Les caniveaux reçoivent les eaux fluviales et les dirigent vers les collecteurs qui, à leur tour, les conduisent vers le fleuve.

En général, les travaux d’entretien se déroulent avant la saison des pluies. L’entretien courant de ces ouvrages permet un bon écoulement des eaux de ruissellement, en réduisant ainsi les risques d’inondation pendant l’hivernage. Aussi, une simple défaillance à un quelconque niveau aura une répercussion négative sur le fonctionnement de tout le système, d’où, la nécessité d’une concertation entre les différents acteurs et une harmonie d’actions entre acteurs et usagers. Bien que, constat a été fait au niveau de la DNACPN, que jusqu’à nos jours, il n’a pas été enregistré de problème à ce niveau.

C’est ainsi, qu’au titre de l’année 2007, la DNACPN prévoit outre le curage, l’enlèvement, l’évacuation des déblais des collecteurs dans les 6 communes du District, la construction de trois dalots de franchissement sur le collecteur Molobalini en commune I.
Ces ouvrages se composent de 2 travées de 1,70 mètres de largeur et 1,75 mètres de hauteur sous tablier.

A terme, un raccordement avec la voie d’accès à l’ouvrage, des caniveaux servant de récepteurs aux eaux latérales aux ouvrages et la mise en place de la signalisation, seront réalisés.

Les terrassements prévus dans le cadre du présent marché visent essentiellement à rehausser le profil en long de la route (terrassement pour mise hors d’eau) dans les points de construction d’ouvrages d’assainissement.

Ils comprennent aussi les excavations nécessaires aux purges de chaussée supérieures à 100 mètres cubes, les excavations pour raccordements des remblais aux ouvrages, l’enlèvement des éboulements de talus de déblais, la réfection des remblais érodés et tous autres terrassements demandés par le maître d’ouvrage.

En plus de l’esthétique que les travaux donneront aux ouvrages, la construction de ces dalots facilitera les déplacements des riverains du collecteur Molobalini, comme les personnes âgées, les élèves des établissements scolaires de l’Espérance, du lycée Nani Simpara et Kalanso.

De même, les dalots permettront le passage des véhicules légers.

Les travaux de curage, d’enlèvement et l’évacuation des déblais ne concerneront que 5 collecteurs en commune I et II, sur une longueur totale de 9250 mètres. Dans les communes III, IV, V et VI, les travaux porteront sur 7 collecteurs pour une longueur totale de 8415 mètres.

Malgré tous ces efforts consentis par les pouvoirs publics, les citoyens doivent aussi contribuer au bon entretien de ces ouvrages dont la situation laisse à désirer.

En effet, ces collecteurs utilisés comme dépotoirs d’ordures ménagères constitue la principale difficulté pour les acteurs, déplore la DNACPN. Et pour cette dernière, seule la construction d’ouvrages de gestion des déchets solides et une dose de sanctions pourraient contribuer à améliorer cette situation.

29 mai 2007.