Partager

Trois projets de scénario sur les grandes gestes de l’Histoire du Mali, sélectionnés à l’issue du concours lancé par le Centre national de la cinématographie du Mali (CNCM), seront portés sur écran entre 2007 et 2008.

Dans le cadre de sa stratégie de dynamisation de la cinématographie nationale, le Centre national de la cinématographie du Mali, avait lancé en mars dernier un appel à propositions pour des projets de scénario sur les grandes gestes de l’Histoire du Mali, revisitée à travers des personnages, des cités, des événements historiques, voire légendaires.

Sur les 27 œuvres présentées, le jury composé de Dr. Mamadou Fanta Simaga, Ismaël Samba Traoré, Mamadou Bani Diallo, Salif Berhé et Gaoussou Diawara, a retenu quatre. Il s’agit de « Samanyana Bassi » d’Alou Koné et Gabriel Magma Konaté (1er prix), « Soundjata, fils du Mandé » de Bouba Doucouré (2e prix), « A si Kya » d’Alhouseyni Sakiné et le « Sacrifice de Bambugu Ndje » de Mme Bah Maïra Sow (3e ex æquo).

Ces projets ont été sélectionnés sur les critères de l’originalité du traitement du sujet, le style narratif, le potentiel dramatique, l’intérêt du sujet et l’adaptabilité à l’écran.

En plus des prix d’encouragement de 1,5 million de F CFA pour le 1er, 1 million pour le 2e et 750 000F CFA pour le 3e, ces scénarios sont destinés à la production d’une série de films d’époque qui seront répertoriés dans la catégorie des classiques du film malien.

Cette série, a expliqué le directeur général du CNCM, Moussa Ouane, vise spécifiquement la réhabilitation de l’image de l’Afrique et la valorisation du patrimoine national dans toutes ses dimensions : épopées, héroïnes et héros, Etats, institutions, figures, luttes et ambitions, ouvrages, consciences, codes de savoirs, identités, pactes et liens sacrés, etc.

La mise à l’écran de ces scénarios permettra de corriger l’absence dans la cinématographie nationale de documents de référence, de pages de mémoire témoignant, pour la postérité, de notre riche histoire, celle d’une grande nation érigée au cœur de l’Ouest-africain, et reconnue par sa présence, son rayonnement et son expansion universelle.

Sidiki Y. Dembélé

03 septembre 2007.