Partager

argent-2.jpg
La responsable d’une tontine au marché central de Louga (Sénégal), et son collaborateur chargé de collecter quotidiennement les cotisations des adhérents, ont été condamnés, mercredi, à 6 mois d’emprisonnement assortis de sursis et à payer solidairement la somme de 4.675.000 francs en sus d’une amende de 50.000 francs.

Le tribunal correctionnel de Louga, qui avait mis en délibéré cette affaire jugée une semaine auparavant, a reconnu la responsable de la tontine coupable d’abus de confiance et le mandataire pour complicité.

Il a en outre demandé la restitution, à la plaignante, des 4. 675.000 francs consignés au greffe par la prévenue.

La responsable de la tontine et son collaborateur étaient attraits à la barre du tribunal correctionnel pour n’avoir pas remis sa mise de 4.675.000 frs à une dame qui avait saisi la justice pour rentrer sans ses fonds à la fin de ses cotisations.

La salle du tribunal correctionnel, prise d’assaut tôt le matin par une meute de commerçantes et d’amis des prévenus et de la plaignante, s’est vidée dès l’annonce du verdict, plongeant pendant un bon moment le local dans un bruit de pas et de bancs déplacés.

Responsable, depuis une bonne vingtaine d’années d’une tontine riche de 43 adhérentes, la commerçante qui s’était attachée les services d’un cordonnier pour la collecte des cotisations, avait estimé, devant la barre, n’avoir pas reçu des mains de ce dernier la dernière cotisation de la plaignante.

Le mandataire, qui s’employait à faire quotidiennement le tour des différents adhérents, est venu prendre le contre-pied de ses déclarations, indiquant lui avoir entièrement remis les dernières cotisations.

La plaignante, commerçante voisine de la prévenue, a affirmé s’être régulièrement acquittée de ses cotisations de « deux parts » et a longuement attendu pour recevoir son argent avant d’ester en justice devant les tergiversations de la responsable de la tontine.

« J’avais moi perçu une première fois ma part mais la deuxième part qui appartenait à un parent vivant à l’étranger a tardé m’être versée et le propriétaire comme moi-même n’y comprenaient rien« , avait souligné la plaignante, expliquant être arrivée à bout pour porter plainte.

Le conseil du prévenu, Me Mamadou Touré, a relevé que son client joue le mauvais rôle dans cette affaire du moment que la plaignante a soutenu n’avoir aucun rapport avec lui.

« Le collecteur qui recevait en contrepartie 50.000 francs par semaine s’est convenablement acquitté de sa tâche sur au moins 40 mises mais malgré tout, la principale animatrice de la tontine essaie, en l’accusant d’avoir soustrait l’argent, de se sortir d’affaire« , a soutenu l’avocat.

« Aucun délit d’escroquerie encore moins d’abus de confiance ne peut être retenu contre mon client« , avait indiqué Me Touré, avant de solliciter l’application bienveillante de la loi pour son client.

« Cette affaire est poignante pour ma cliente qui est une notable bien connue dans le marché et à Louga en général. Elle ne mérite pas de séjourner en prison« , avait estimé son avocat, regrettant que le collecteur qui a bénéficié de la confiance de battantes femmes vienne « jeter l’opprobre sur sa cliente« .

Le conseil a demandé au tribunal de relaxer purement et simplement ou au bénéfice du doute sa cliente et lui remettre la consignation déposée au greffe. Après avoir consulté ses deux assesseurs, le président Abdoulaye Ba a mis en délibéré cette affaire pour le 20 février prochain et rejeté les demandes de liberté provisoire formulées par les deux avocats pour leurs clients respectifs.


Sénégal … Source : APS

blogs-afrique.info/faits-divers