Partager

Le chef de l’opposition zambienne Hakainde Hichilema, remis en liberté mercredi après quatre mois d’incarcération pour trahison, est un vieux routier de la scène politique locale qui a brigué cinq fois la présidence du pays, sans succès. Battu d’un souffle lors de sa dernière tentative il y a un an, ce dirigeant d’entreprises de 55 ans refuse depuis obstinément de reconnaître la victoire du chef de l’Etat Edgar Lungu.Excellent orateur, Hakainde Hichilema attire de larges foules lors de ses discours publics et entretient son image de chef auprès de l’opinion par une présence très active sur les réseaux sociaux. Sur son site internet, il est décrit comme un « chrétien et un philanthrope » qui finance des cliniques, des écoles ou des puits. Avant sa remise en liberté, l’opposant a « célébré » son centième jour en prison en affirmant dans une déclaration n’éprouver « aucune haine pour qui que ce soit parce que nous croyons que tout ce qui nous arrive dans la vue a un but ».Il y a quatre mois, Amnesty International avait dénoncé son arrestation et celle de cinq autres de ses proches comme une « persécution » du régime Lungu.AFP.