Partager

La police sud-africaine a tiré des gaz lacrymogènes quand des affrontements ont éclaté, mardi à Johannesburg, entre des militants de la DA (Alliance démocratique), principale formation de l’opposition, et de la puissante confédération syndicale Cosatu. La présidente de la DA Helen Zille, qui menait la manifestation contre le chômage des jeunes, a rejeté la responsabilité des violences sur le Cosatu. Patrick Craven, porte-parole du Cosatu, a déclaré que le syndicat « regrettait le fait qu’il y ait eu de la violence », mais il a souligné des partisans des deux groupes avait été blessé. La DA « a le droit de manifester », nous a-t-il assuré notant cependant que son son action était « provocatrice ». La DA demande que le que le gouvernement subventionne un « salaire jeunes » pour les 18-29 ans, ce que refuse catégoriquement le Cosatu. Une telle mesure permettrait selon le parti de l’opposition de créer plus de 400.000 emplois, alors que le taux de chômage officiel dépasse les 25%. AFP.