Partager

Des heurts ont brièvement éclaté tôt jeudi matin entre groupes politiques rivaux en Afrique du Sud au lendemain de la décision de l’ANC, d’exclure le turbulent président de son mouvement de jeunesse, Julius Malema, selon l’agence de presse sud-africaine Sapa. Julius Malema, 30 ans, fait l’objet d’une procédure disciplinaire depuis août pour ses atteintes répétées à l’image et à l’unité du parti. Après l’avoir suspendu pendant cinq ans, la commission disciplinaire de l’ANC a annoncé mercredi soir avoir remplacé cette mesure par une exclusion. Il a deux semaines pour faire appel. « Nous devons accepter que c’est la décision (de l’ANC) mais ce n’est pas la fin de la route », a-t-il déclaré dans un discours cité par la radio-télévision publique SABC. « La route devant nous sera très longue », a-t-il dit, ajoutant: « Je mourrai pour ce en quoi je crois ».Qu’il s’agisse des inégalités économiques, de la pauvreté persistante d’une majorité de Noirs, de la question raciale toujours à fleur de peau, ou de la non moins sensible question de la propriété des domaines agricoles et miniers, tout est bon pour lui pour jeter de l’huile sur le feu et faire de la surenchère. AFP.