Partager

Son nom et sa renommée ont traversé les siècles et survécu à l’histoire mythologique de la Grèce antique. Et dans le langage courant, son nom est devenu synonyme de très grande force physique. Mais qui est cet être à la force… herculéenne?

Celui qui est communément appelé Hercule n’aurait peut-être pas existé sans le libertinage amoureux, sinon l’infidélité conjugale notoire du dieu des dieux de la mythologie grecque. En effet, Zeus manquait rarement une occasion de tromper sa femme, la déesse des déesses, Héra.


Du sein d’Héra

En réalité, ce demi dieu de la mythologie grecque s’appelait Héra-Klès, ce qui, en grec, veut dire ”nourri d’Héra” ou “issu d’Héra”. Mais bien que nourri au lait d’Héra, Hercule n’était pas né d’elle. Mais alors, de qui, doit-on s’interroger ?

En fait, Hercule ou Héra-Klès n’était autre… que le fruit d’un amour interdit. C’est dire qu’il n’aurait pas existé si Héra n’avait pas été cocufiée par son mari, Zeus.

Bien qu’étant le dieu des dieux grecs, ce dernier n’en était pas moins un “coureur de jupons” invétéré : il ne voyait jamais une jolie créature féminine sans tenter de la séduire et la courtiser. Ainsi, les occasions étaient nombreuses, où il faisait “pousser des cornes sur la tête” de la pauvre déesse des déesses, et épouse légitime.

Du reste, les aventures extra-conjugales de Zeus et les sautes d’humeur légendaires de son épouse Héra ont largement contribué à enrichir l’histoire de la mythologie grecque… C’est ainsi que de flirt en flirt, Zeus finit par s’amouracher d’une mortelle du nom d’Alkmeun. Et d’adultère en adultère, le dieu des dieux finit par l’enceinter.

A la naissance de l’enfant, la mère, redoutant la vengeance d’Héra -entre une mortelle et une déesse, le combat est inégal-, prit ses jambes à son cou abandonnant son bébé aux mains de son père.

Alors, Zeus fut fort embarrassé, mais il était à présent contraint de confier le “bout d’homme” à sa femme, Héra, quitte, par là-même, à avouer sa faute à cette dernière. L’épouse trompée fut donc contrainte de nourrir l’enfant à son propre lait.

D’où le vrai nom d’Hercule : Héra -Klès qui signifie littéralement “Héra-sein” ou sein d’Héra. Mais dès la première tétée, le petit demi-dieu sentit que ce sein-là n’était pas celui de sa vraie mère. Alors, pris de rage, il le mordit jusqu’au sang. Saisie à son tour par la colère, la nourrice obligée jeta l’enfant à terre et se mit à pester contre lui.

Sans le vouloir, Héra venait de créer la légende d’Hercule, en lui transmettant un peu de son sang et de sa force. Ainsi naquit l’histoire de la force d’Héra-Klès. Et depuis lors, l’enfant grandit au fur et à mesure que ses performances devenaient spectaculaires.

C’est dire, en fin de… “conte“ mythologique, que l’histoire se crée, le plus souvent, par…des histoires aussi sordides que peu avouables.

Oumar DIAWARA

06 novembre 2007.