Partager

Les délégués des sections de base du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) d’une quarantaine de pays se retrouveront du 13 au 15 février, pour leur troisième conférence ordinaire. En prélude à cette grande rencontre de la diaspora malienne, la Section de base de France, présidée par Gaharo Doucouré, a animé une conférence de presse, hier mercredi 11 février, à la CCIM, pour présenter un projet de programme tendant à rassembler les Maliens de l’extérieur autour des valeurs et des missions du HCME.

Le clou de cette conférence ordinaire du HCME sera certainement le renouvellement du bureau national dirigé par Abdouramane Chérif Haïdara, en poste depuis 1993. La bataille pour sa succession est désormais ouverte.

La Section de base de France présentera la candidature de son président Gaharo Doucouré. Cette Section s’est dotée d’un projet de programme qu’elle compte soumettre à la conférence comme document de travail en vue de l’examiner et de l’enrichir. Ce document intitulé « pour un HCME rassemblé autour de ses valeurs et de sa mission » était au centre de la conférence de presse d’hier présidée par Ousmane Tanapo, président de la Section du HCME de Côte d’Ivoire.

Elle était principalement animée par Gaharo Doucouré, Oumar Boubacar Maïga, secrétaire général du bureau sortant et Mamadou Cissé, vice-président de la Section de France.

Les sections d’une vingtaine d’autres pays qui ont adhéré au projet étaient présentes à la conférence. Dans le projet de programme, la Section de France souligne que si le HCME a été créé en 1991 par les autorités pour contribuer au développement économique et social du Mali et servir les intérêts des Maliens de l’extérieur, ses instances se sont très souvent tenues dans un climat de rivalités exacerbées à cause des considérations politiques ou de clans, entraînant des dysfonctionnements préjudiciables à l’efficacité du HCME.

Ainsi, la Section de France constate, entre autres, une insuffisance dans le fonctionnement de l’administration interne, une gestion financière et comptable non conforme, le manque de rigueur dans le respect des textes, l’absence de projet d’envergure et de critères transparents pour le choix des représentants….

Cependant, la Section soutient que le HCME a permis l’existence d’un réseau de conseils de base à travers le monde, démontré l’attachement des Maliens à leur pays. Gaharo Doucouré de souligner donc que cette conférence est une opportunité pour les Maliens de la diaspora de s’interroger sur l’avenir de leur organisation.
En proposant donc ce projet de programme, la Section de France espère innover en donnant des orientations claires au prochain bureau.

Le vice-président, Mamadou Cissé, de préciser que le document n’est pas finalisé, mais qu’il doit servir de base aux débats et à la réflexion en prenant en compte les préoccupations de chaque section.

A la question de savoir si la Section de France a retrouvé son unité qui a été mise à rude épreuve lors du renouvellement du bureau, Oumar Boubacar Maïga d’expliquer que le bureau mis en place en mai 2008 l’a été sous la supervision du Bureau national et du ministère des Maliens de l’extérieur. Depuis lors, le bureau a travaillé en parfaite harmonie avec les autorités et a posé des actes concrets que la section de France n’avait pu faire depuis son existence.

« Le HCME n’est la propriété de personne. On n’a pas besoin de nous quereller ou de nous insulter. De notre côté, nous abordons la conférence avec la plus grande sérénité » a renchéri Gaharo Doucouré. Candidat à la succession de Abdouramane Chérif Haïdara, M. Doucouré entend rassembler les Maliens de l’extérieur autour de ses idéaux.


Youssouf CAMARA

12 Février 2009