Partager

Après plus de quinze ans d’existence, le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) se trouve aujourd’hui atteint par l’usure du temps. La superstructure n’a pas pu répondre favorablement à toutes les aspirations placées en elle du fait des clivages politiques et de sa gestion clanique. Les Maliens de la diaspora ainsi que les plus hautes autorités du pays, conscients des dysfonctionnements de la structure, ont entrepris certaines démarches visant à redynamiser l’association.

Les structures de base qui se fédèrent au sein du Haut Conseil ont entreprises leur mue pour s’adapter à la nouvelle donne. Une conférence des Maliens de l’Extérieur se tiendra dans un bref délai à Bamako pour mettre en place un nouveau bureau.


AU COMMENCEMENT DU HAUT CONSEIL

Au commencement du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME), il y avait la révolution sanglante de mars 1991. A cet effet, un appel fut lancé en direction de tous les fils du pays où qu’ils se trouvent de regagner le bercail. Cet appel n’est pas tombé dans l’oreille de sourds, c’est pourquoi, beaucoup de nos compatriotes ont décidé de rentrer.

La conférence nationale tenue du 4 au 11 août 1991 à laquelle des Maliens de l’Extérieur ont pris part, a jeté les bases d’une organisation fédératrice de tous les Maliens de la diaspora. C’est au cours d’une autre conférence dénommée la Conférence des Maliens de l’Extérieur, tenue en novembre 1991 à Bamako que le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur a vu le jour avec comme premier président feu Sandiakou Sidibé du Gabon de novembre 1991 à août 1993.

En août 1993, selon nos sources, une conférence extraordinaire a eu lieu. La majorité des délégués présents a décidé d’écourter le mandat de Sandiakou Sidibé du Gabon. A l’issue de cette conférence extraordinaire, Abdrahamane Chérif Haïdara du Sénégal fut élu comme président en remplacement de Sandiakou Sidibé. Il a eu comme mission d’achever le mandant de Sandiakou Sidibé qui pris fin en 1995.

En 1996, la 2ème conférence ordinaire du Maliens de l’Extérieur s’est tenue au Centre Islamique d’Hamdallaye au cours de laquelle Abdrahamane Chérif Haïdara du Sénégal a été réélu comme président pour un nouveau mandat de cinq ans. Il rempila en 2002 à la tête du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur. Le bureau exécutif du HCME devait être renouvelé en 2005, mais compte tenu de certaines difficultés, cela n’a pas eu lieu.

DE NOUVEAUX TEXTES

EN 2007, le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur a entamé sa mue. Les nouveaux textes ne prévoient pas de bureau exécutif. Il faut rappeler que l’instance dirigeante des Maliens de la diaspora est un bureau exécutif de 43 membres. En lieu et place du bureau exécutif, les nouveaux textes parlent d’une équipe restreinte avec un président, un vice-président et des responsables de zone qui résident à l’extérieur.

Le président est aidé dans ses tâches par un secrétariat permanent de 7 membres dirigé par un secrétaire exécutif. En plus des membres du secrétariat permanent il y a un personnel d’appui de 4 membres dont deux secrétaires de direction, un planton et un chauffeur.


BILAN MITIGE

Le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME), association à caractère consultatif est né d’une volonté politique du gouvernement qui entendait associer les compatriotes de la diaspora au développement du pays. Autre idée à la naissance du Haut Conseil était de permettre aux Maliens de l’Extérieur de continuer à vivre leurs réalités culturelles au-delà des frontières dans un cadre nourri du respect d’autrui, entre soi, de solidarité entre autres.

Afin d’atteindre cette mission, le HCME s’est fixé les objectifs suivants: rassembler tous les Maliens de l’extérieur; amener les ressortissants vivant à l’étranger à participer plus activement à la vie du pays; encourager leur participation active au processus de développement du Mali par la mobilisation de l’épargne; diriger les groupes d’investisseurs vers le Mali; participer à l’élaboration d’une politique adéquate de retour, d’insertion et de réinsertion des Maliens de la diaspora.

Plus de quinze ans après ces idéaux de départ ont-ils été respectés?

LE HCME, BIENTOT UNE ASSOCIATION D’UTILITE PUBLIQUE

Dans le cadre de la relecture de ses textes, le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) sera bientôt reconnu par l’Etat comme une association d’utilité publique. Ce nouveau statut doit accorder au HCME une subvention de l’Etat. Ce qui lui permettra d’avoir un meilleur fonctionnement. L’Etat construira bientôt la Maison des Maliens de l’Extérieur, le terrain pour abriter ce complexe est déjà acquis.

Le processus de renouvellement des structures de base se trouve à un stade avancé. Sur les 66 pays répertoriés au monde où il y a des Maliens, 42 ont terminé leur renouvellement, 14 pays sont en cours de renouvellement leurs structures de base, tandis que les structures de base dans 10 pays dont la Côte d’Ivoire ne sont pas encore renouvelées du fait de la mésentente.

Daba Balla KEITA

01 Avril 2008.