Partager

Le prix du baril de pétrole a atteint 100 dollars US, entraînant ainsi une hausse généralisée chez tous les consommateurs mondiaux. Pour les pays pauvres dépendant des importations, en raison de la flambée des prix du pétrole, cette source d’énergie, la facture s’alourdit de jour en jour.

Notre pays qui figure parmi ces nations est déjà fortement éprouvé par l’augmentation de la quasi-totalité des produits de première nécessité. Face à cette situation chronique le salut n’est-il pas dans le développement des énergies renouvelables?


L’ENERGIE, VECTEUR DE DEVELOPPEMENT

Les experts des questions de développement sont unanimes que le développement d’un pays s’acquiert par l’abondance de l’énergie et le coût de revient aux consommateurs. Ainsi, l’une des exigences des industriels pour l’imploration d’un site est la disponibilité de l’énergie le prix de revient.

En dehors des industries les activités économiques d’un pays sont étroitement dépendantes de l’énergie (qui est un facteur stimulant le transport, le commerce et la consommation individuelle dans les ménages.

LES EFFETS DE LA HAUSSE DU PRIX DU BARIL SUR LE QUOTIDIEN

Le quotidien du Malien est caractérisé par une vie sobre à cause des conditions économiques modestes. Au cours de ces derniers mois, avec la montée en flèche des cours du pétrole et les évènements malheureux ayant frappé certains pays dont dépend le Mali en matière d’importation de produits de première nécessité.

Les prix des denrées de consommation quotidienne ont pris le chemin de l’ascenseur. Cette situation éclabousse les citoyens qui s’écroulent souvent face aux dépenses.

LES ENERGIES PROPRES, UNE SOLUTION CONTRE HEMORRAGIE

Avec un baril de pétrole à 100 Dollar US, toutes les branches du secteur l’économie ressentent cette flambée du prix des hydrocarbures. Ce qui a eu une répercussion sur les produits de premières nécessités au Mali.

Pour pallier ou minimiser cette situation, la priorité des autorités devrait être recentrée sur la promotion des énergies renouvelables entre autres les biocarburants, l’énergie hydro-électrique, la biomasse, l’énergie solaire, et l’énergie éolienne. Ces énergies propres sont largement disponibles dans notre pays, mais leur promotion demande un investissement colossal.

L’Etat doit y penser pour maintenir une certaine souveraineté énergétique.

Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

11 Mars 2008.