Partager

La plupart des lieux de travail sont en train de perdre leur image. En raison des pratiques obscènes de certains patrons. Qui ne se privent pas de certains comportements ou tentatives sexuels avec leurs personnels. D’où des actes courants d’harcèlement sexuel.

Aujourd’hui dans nos sociétés, on constate que les services sont devenus de véritables lieux de débauches, où se déroulent à visage découvert des actes d’harcèlements sexuels de certains patrons véreux contre leurs employées. Notamment leurs secrétaires. Le phénomène a atteint une certaine ampleur que des patrons veulent en ériger en règle.

Ils transforment leur ordinateur en support de diffusion des films pornographiques, leur bureau en couchette et ne manquent jamais d’astuces pour appâter leur cible.

Ils l’offrent des cadeaux à tour de bras et créent des conditions d’attirance.

En cas de refus de ce qu’ils considèrent comme leur proie, ils profèrent des menaces de sanction. Conduisant souvent à l’exclusion pure et simple.

Les patrons sont aussi, souvent victimes d’harcèlements sexuels surtout de la part de certains stagiaires, généralement de sexe féminin, elles qui viennent pour apprendre quelque chose. La technique chez elle est d’adopter des styles vestimentaires séduisants. Et dans certaines situations s’accaparer des rôles de la secrétaire afin de créer le contact direct avec leur victime, à savoir le patron de l’entreprise.

S’il y a de tels comportements entre le patron et son stagiaire qu’est ce que ce dernier pourra apprendre à la fin de son stage ? Et généralement cela engendre une situation de rivalité entre le personnel de ce service et le stagiaire concerné qui prend inopinément des galons.

Ces genres de comportements portent entravent à l’efficacité de l’entreprise, parce tout le monde se trouve occuper par autre chose, et ils oublient même leurs tâches.

C’est pourquoi, il sied d’accentuer des actions de moralisation auprès des patrons et même des contrôles pointus et répétitifs de l’inspection du travail dans les services publics.

Fatoumata Fofana

05 Novembre 2013