Partager

Le parti au pouvoir pendant plus d’une décennie en Guinée a engagé la succession d’Alpha Condé, son président et chef de l’Etat jusqu’à son renversement l’an dernier, en désignant un chef provisoire à sa tête, a-t-on appris mardi de sources proches de l’organisation.

Les dirigeants du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) ont choisi lundi Ibrahima Kassory Fofana pour présider un conseil exécutif provisoire, en attendant la tenue d’un congrès dont la date n’est pas fixée, indiquent un document interne consulté mardi par l’AFP et un haut responsable s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Le parti n’a tenu que très peu de congrès depuis sa création, mais la confirmation de M. Fofana est considérée comme pratiquement acquise, ce dernier ayant l’approbation de M. Condé, a laissé entendre ce haut responsable, ancien ministre.

M. Fofana, fidèle de M. Condé, a été son Premier ministre de mai 2018 jusqu’au coup d’Etat militaire qui l’a déposé le 5 septembre 2021. Les années de M. Fofana à la tête du gouvernement ont coïncidé avec la crise politique causée par la candidature de M. Condé à un troisième mandat et la réforme de la Constitution qui lui a permis d’être réélu en 2020, malgré des mois de contestation meurtrière.

L’accession de M. Fofana à la direction du RPG tournerait encore davantage la page Condé, qui a présidé pendant plus de 10 ans ce pays pauvre malgré d’importantes ressources naturelles.

Le RPG se retrouverait en effet dirigé par un membre d’une communauté autre que celle des Malinké. L’appartenance communautaire est un facteur fort de la politique guinéenne et le RPG est largement identifié comme représentant les Malinké, alors que M. Fofana est un Soussou.

« Le RPG doit donner l’exemple à tous les Guinéens et montrer qu’il n’est pas un parti ethnique », a jugé l’ex-ministre.

Sollicité par l’AFP pour un commentaire, M. Fofana n’avait pas répondu mardi à la mi-journée.

La Guinée est dirigée depuis septembre par une junte dont le chef, le colonel Mamady Doumbouya, s’est fait investir président pour une durée encore indéterminée.

Le colonel Doumbouya s’est engagé à rendre le pouvoir à des civils élus à l’issue d’une période transitoire. Mais il refuse de se laisser dicter un délai, malgré les sanctions prises par l’organisation des Etats ouest-africains Cédéao.

Les anciens responsables liés au RPG sont sous pression. Un certain nombre d’entre eux sont visés par des enquêtes. M. Fofana lui-même a été entendu il y a quelques jours par des enquêteurs. Le parti passe aussi pour être dans une situation financière délicate.

L’ancien président Condé, 84 ans, s’est mis à l’écart du RPG. La junte l’a autorisé en janvier à quitter la Guinée, officiellement pour traitement médical aux Emirats arabes unis, alors que la justice venait d’ordonner l’ouverture d’investigations sur les crimes présumés commis sous sa présidence.

Source: AFP