Partager

Alors que l’heure est à l’unité nationale dans la plupart des pays de la planète, face à la pandémie du coronavirus, il en va autrement au Cameroun de Paul Biya. Tout est parti, en effet, de la décision prise par les autorités camerounaises, de mettre fin à l’opération de collecte de fonds appelée « Survie Cameroun » lancée, courant avril, par l’opposant Maurice Kamto afin de contribuer à la lutte contre le Covid-19. Pour ce faire, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, a ordonné aux opérateurs de téléphonies, de bloquer tous les comptes mobiles de « Survie Cameroun ». « Il y a un fonds de solidarité qui a été mis en place par le chef d’Etat. Alors, s’il (Maurice Kamto) a une contribution à faire, il n’a qu’à la faire dans le cadre des structures légales mises en place par le gouvernement. On ne lui donnera aucune possibilité d’agir de manière parallèle. C’est ce qu’il veut faire. M. Kamto, ce n’est pas un Etat dans un Etat. Il doit respecter les lois de la République. Et s’il ne le fait pas, on va l’y contraindre », a déclaré ex-cathedra, le ci-devant ministre de l’Administration territoriale. Réponse du berger à la bergère. En tout cas, si l’objectif du candidat malheureux à la dernière présidentielle camerounaise, était de pousser le pouvoir à l’erreur, on peut dire qu’il a réussi son coup. Car, en décidant de fermer les cagnottes en ligne lancées par son adversaire politique, Paul Biya risque de s’aliéner une grande partie de l’opinion nationale et internationale, surtout quand on sait que le Cameroun est le pays de l’Afrique subsaharienne le plus durement frappé par le Covid-19 avec 56 décès sur un peu moins de 800 cas enregistrés. C’est donc au moment où le Cameroun a besoin de l’union de tous ses fils et filles, que le pouvoir et l’opposition ont choisi de se chamailler. En fait, on ne le sait que trop bien.
Conscient que l’opération lancée par l’opposant Kamto connaîtra du succès et que celui-ci pourrait en récolter des dividendes politiques, le pouvoir de Yaoundé a choisi de lui tailler des croupières. C’est tout simplement indécent d’autant que la riposte apportée par les autorités camerounaises face au Covid-19, est, pour le moment, jugée insuffisante. Il faut dire malheureusement que dans tout ça, c’est le pauvre peuple qui va trinquer. B.O/lepays.bf