Partager

Les Groupes Scolaires de Bougouba et de la Zone Insdustrielle (GSB-ZIA) situés en commune II du District de Bamako, sur la route de Koulikoro, sont devenus en ce moment le théâtre d’affrontements entre deux bandes de jeunes voyous qui sèment la terreur. La sécurité des élèves et des maîtres qui y travaillent est plus que menacée.

En plus de l’insécurité routière qui fait des victimes par semaine, parmi eux des délinquants armés de coupe-coupe, de couteau, de gourdin, de gaz et même d’arme à feu s’affrontent depuis deux semaines dans la cour desdites écoles, obligeant les maîtres à suspendre les cours. Si rien n’est fait, le pire est à craindre.

LE CORPS ENSEIGNANT SUSPEND LES COURS

En réaction à ce phénomène de banditisme et face à l’immobilisme de l’associatIon des parents d’élèves et des forces de l’ordre pourtant alertés, l’ensemble du corps professoral des groupes scolaires de Bougouba et de la Zone Insdustrielle a décidé le 14 novembre 2006 de l’arrêt total des cours jusqu’à nouvel ordre.

Les enseignants de ces établissements accusent le Comité de gestion de ne rien faire face à la situation, quand on sait que parmi les délinquants, il y a certains qui ont été identifiés comme étant des anciens élèves des écoles citées haut.

Les quartiers Bougouba et la Zone Industrielle relèvent territoriallement de la Commune II du District de Bamako. Selon nos sources, les forces de l’ordre du 3ème Arrondissement ont été également contactées à plusieurs reprises pour qu’elles interviennent.

A chaque fois qu’il y a des troubles, nous avons toujours téléphoné au 3ème Arrondissement pour qu’il nous envoie des élements. Très souvent des directeurs d’école se déplacent pour aller prier le Commissaire du 3è Arrondissement pour qu’il intervienne, mais en vain”, nous a déclaré un enseignant qui a préféré l’anonymat.

“Dans la matinée du mardi 14 novembre dernier, aux environs de 10 heures, des coups de feu ont retenti dans la cour de notre école comme le tonnerre. C’était la panique partout; et ensemble, nous avons décidé de ne plus y mettre les pieds jusqu’à nouvel ordre”, a conclu notre interlocuteur.

Les élèves qui fréquentent ces écoles proviennent des quartiers comme Banconi en commune I, Hippodrome, Zone Industrielle et Bougouba qui appartiennent à la Commune II.

Pendant combien de temps cette situation d’insécurité va-t-elle encore duré? Pourquoi les autorités compétentes n’ont pas réagi ?

Daba Balla KEITA

16 novembre 2006.