Partager

L’Union des syndicats du Tchad (UST), qui regroupe 30 syndicats et fédérations et revendique plus de 60 000 adhérents, avait appelé dimanche à « une grève générale d’avertissement », face à l’augmentation des prix des biens de première nécessité et des matériaux de construction qui connaissent, selon cette centrale, « une hausse vertigineuse », malgré les ressources financières engendrées par la vente du pétrole. Le gouvernement tchadien, tout en reconnaissant des hausses du coût de la vie, ne semble pas disposé à augmenter les salaires, ni à redistribuer la rente pétrolière. La grève a été notamment suivie dans plusieurs hôpitaux de Ndjamena, ainsi que dans les tribunaux de la capitale. Dans les faits, l’appel à la grève a été diversement suivi, puisque dans les écoles, les banques et dans la plupart des entreprises du secteur privé, peu d’employés ont débrayé. Le président de l’UST, M. Barka, a rappelé que cette grève générale, bien suivie, selon lui, était un mouvement de protestation contre la cherté de la vie.(Rfi)