Partager

L’élargissement des réseaux de distribution, la concurrence déloyale de certains grossistes ont été entre autres les raisons avancées par les responsables d’Orange Mali et ses partenaires vendeurs Grossistes de cartes de recharge pour justifier la situation qui a amené les revendeurs à entamer une grève. C’était lors d’une conférence de presse le mardi 16 juillet 2013 au siège de la DFA Communication sis à Hamdallaye Aci 2000 de Bamako.

La salle de conférence de la Dfa Communication a servi de cadre hier mardi dans la matinée, à la tenue d’une conférence de presse pour informer l’opinion nationale et internationale sur la grève de l’Association Malienne des Revendeurs de cartes de recharge (AMARCR). Et surtout de chercher des voies et moyens de sortie de crise. La conférence de presse était animée par le Directeur commercial grand public d’Orange-Mali, Mamadou Lamine Traoré qui avait à ses cotés, Moussa Fofana de Global phone, Abdallah Seck de Soleil levant et d’autres personnalités. Selon le conférencier, Mamadou Lamine Traoré, Orange-Mali est liée par contrat aux grossistes et non aux revendeurs.

Avant d’inviter les uns et les autres à ne pas faire un mauvais procès à la nouvelle direction. Selon Traoré, depuis février 2003, Orange-Mali verse 10% à toute la chaine de distribution. Il a indiqué qu’Orange-Mali n’a jamais changé les marges et ne les changerons jamais. « Nous sommes confrontés à une grève qui impact nos activités et nous sommes obligés d’intervenir. Si non c’est une grève entre les principaux acteurs de la chaine. On acceptera pas d’être pris en otage par une minorité », a-t-il dit.

Ses explications ont montré que les grossistes bénéficient de 3%, les demi-grossistes ont 2% et les revendeurs empochent 5% pour leur permettre de vivre de leur métier. Pour le directeur commercial, l’impact de la grève n’est pas aussi immense que certains le croient mais il a exprimé ses regrets de voire les clients d’Orange-Mali pris en otage. « Théoriquement les grossistes sont censés bénéficiés de 3% alors que maintenant ils n’ont même pas 1% et c’est çà le problème.

C’est quelque chose qui est fait de commun accord avec les revendeurs. De toutes les façons, la voie du dialogue d’Orange-Mali reste ouverte », a-t-il conclu. Moussa Fofana de Global phone a fait savoir qu’il n’ya pas eu de changement car tout les acteurs de la chaine ont leurs pourcentages. Mais avec la concurrence déloyale des grossistes, a-t-il dit, pour augmenter leurs chiffres d’affaires, les cartes de 1000f sont cédés souvent à 920 FCFA voire même 930 FCFA « Ceux qui nous a poussé à dire à organe Mali de faire une rétention de 30 FCFA sur nos marges », a-t-il ajouté.

Abdallah Seck de Soleil levant, a précisé que les cartes de recharges de 1000 FCFA sont prises à 900FCFA par les grossistes et les demi-grossistes qui les vendent à 940 FCFA aux détaillants. Ce point de presse fait suite à la grève de l’Association Malienne des Revendeurs de cartes de recharge (AMARCR) depuis plus d’une semaine.

Aguibou Sogodogo

17 Juillet 2013