Partager

Comme annoncé, hier lundi, la coordination nationale des faisant fonction d’internes a entamé une grève de 48 heures pour non satisfaction de leurs 4 points de revendications qui sont la gratuité des examens complémentaires, la révision du mémorandum de 2000 accordant plus de 2 650 000 Fcfa aux internes dans les hôpitaux, la vaccination contre l’hépatite B et la connexion des salles de garde à Internet.

Cette première journée de grève a été le théâtre d’affrontements entre internes et forces de l’ordre. Bilan : deux blessés parmi les grévistes selon la direction, trois selon la coordination des internes.

Bien que les internes aient à deux reprises rencontré la ministre de la Santé Mme Maïga Zeïnab Mint Youba qui leur avait promis de s’impliquer personnellement dans la recherche de solution à leurs doléances, hier, à l’hôpital du Point G, les internes se sont réunis pour discuter des résultats des pourparlers sur leurs doléances.

Aussi, la direction de l’hôpital, dans le but de préserver la quiétude des malades et faciliter l’accès de l’établissement aux usagers, a fait appel aux forces de l’ordre, qui étaient postées à l’intérieur de l’établissement.

Selon la direction, ordre a été donné aux grévistes de quitter les lieux, mais ces derniers ont refusé d’obtempérer aux injonctions.

Quant aux grévistes, eux soutiennent que les forces de l’ordre les ont chargés sans sommation, puis gazés.

Les internes, selon Chaka Keita président de la coordination nationale des internes, n’avaient nullement l’intention de perturber la quiétude de leurs malades, mais voulaient juste réclamer le minimum.

Quant au directeur général de l’hôpital, le médecin colonel Charles Fau, lui estime que si la grève est un droit pour tous, le débrayage ne peut justifier que le travail à l’hôpital soit troublé.

La direction générale de l’hôpital ne comprend pas l’attitude des internes qui, selon elle, ont pourtant obtenu satisfaction sur certains points.

Le conseil d’administration de l’hôpital doit statuer sur l’augmentation de l’enveloppe allouée aux internes.

Concernant la connexion Internet, le processus est en bonne voie, a affirmé le directeur.

Par rapport à la vaccination contre l’hépatite B, les internes sont dans la même situation que le reste du personnel socio sanitaire, a expliqué le directeur de l’hôpital.

Normalement, la grève des internes prend fin aujourd’hui.

Le président de la coordination nationale des internes a cependant précisé qu’il appartiendra à l’assemblée générale de décider de la suite à donner au mouvement.

31 octobre 2006.