Partager

L’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) est descendue dans la rue le 15 juillet 2013. Cette marche pacifique qui a débuté sur la « colline du savoir » pour prendre fin à la cité administrative. Les marcheurs ont réclamé la reprise des cours dans les facultés, la libération de leurs camarades emprisonnés la semaine dernière après des affrontements avec la police. Contrairement au sit-in de la Faculté de médecine, de pharmacie et d’Odonstomatologie (Fmpos) qui a tourné au drame, cette marche a été encadrée sous haute protection policière et sans altercation.

Arrivée à la primature, les responsables de l’Aeem ont été reçus par le Directeur de cabinet du premier ministre à qui ils ont remis une déclaration. Et, l’Aeem n’entend pas s’arrêter là. « Nous allons continuer jusqu’à ce que les points évoqués aient des réponses satisfaisantes. Nous avons mis en garde le gouvernement.

Si dans les 72 heures qui viennent, nous n’avons pas de réponses positives à nos requêtes, nous allons encore nous faire entendre. Car nous sommes fatigués de rester éternellement sur les bancs. Nous voulons sortir un jour et trouver de l’emploi, construire notre vie.

Il est urgent que cette cessation de travail des enseignants prennent fin car elle compromet depuis des années notre avenir », nous a déclaré un membre du bureau de coordination de l’Aeem.

Hadama B. Fofana

16 Juillet 2013