Partager

Dès l’annonce de cette mesure, la commune V et les autres structures de santé spécialisées ont décidé de l’appliquer immédiatement au grand bonheur de la population.

Le présent projet de décret est initié pour donner un support juridique à la décision prise par le gouvernement.

Pour le premier trimestre 2005, le centre de référence de la commune V a fait 288 césariennes. Au niveau de cette structure assez fréquentée, nous avons approché le médecin Sara Sissoko gynécologue obstétricien responsable de la salle d’accouchement.

Selon Dr Sara Sissoko, la fréquentation a augmenté par le fait de la gratuité de la césarienne. Un mois avant la décision c’est à dire du 24 mai au 23 juin, le centre de référence de la commune V a effectué 102 césariennes.

Dès l’annonce de la nouvelle, les médecins dudit centre ont commencé le 24 juin à appliquer la mesure. Ainsi, du 24 juin au 24 juillet, le centre est à 116 césariennes.

Selon Sara, les difficultés existent au niveau des médicaments. Depuis l’application de la mesure, c’est le centre de santé de référence qui prend les choses en charge.

Les remboursements n’ont pas encore commencé. Or, les ressources des centres hospitaliers sont limitées. Aussi, certains produits manquent au niveau de la pharmacie populaire. Le centre est également confronté à des ruptures de produits d’anesthésie et des fils de suture.

Face à cette situation, les praticiens, en attendant des mesures d’accompagnement, sont obligés de faire des acrobaties.

Il urge pour le département de la Santé de revoir la périodicité des remboursements qui doivent être faits mensuellement.

Tiémoko TRAORE

29 juillet 2005