Partager

Macky le lynx et ses éléments ont, en moins de deux semaines, arrêté une dizaine de malfrats.

Depuis son retour d’Italie où il était en stage, l’inspecteur Maky le lynx a déclaré la guerre aux malfrats. C’est ainsi que, dans la nuit du 14 au 15 février, le Lynx a encore frappé. Cette fois, ce sont Mohamed Diallo dit Hamed et Ibrahim Tangara dit Bréhima, alias Siné qui sont tombés dans ses filets. Ce qui porte à dix le nombre de malfrats arrêtés par la brigade de recherches du 10e arrondissement en moins de deux semaines.

En effet, dans la nuit du 14 au 15 février, aux environs de 22 heures 30 minutes, Mohamed Diallo et son complice Ibrahim Tangara, roulant sur une moto Jakarta, ont arraché le sac à main d’une certaine Awa. Celle-ci, tout comme ses agresseurs, roulait sur le boulevard de l’OUA, elle aussi sur une Jakarta, non loin du carrefour de l’auto gare.

Malgré la violence de l’agression dont elle a été victime, la jeune dame garda son sang-froid et put maîtriser la moto. De là, elle est allée tout droit au 10e arrondissement faire sa déclaration. Par bonheur, est l’inspecteur Macky le lynx qui assurait la permanence cette nuit-là.

Grâce au signalement donné par la jeune dame sur les deux malfrats, le Lynx a aussitôt mis son dispositif de chasse en place. Ce qui a permis à ses éléments d’appréhender Mohamed Diallo et son complice derrière la station essence Dia Négoce. Mais avant l’arrivée de la police, les deux malfrats s’étaient débarrassés du sac. Ils ont été conduits au commissariat où ils ont reconnu les faits. Mohamed Diallo et son complice, d’après la police, se fondant sur leurs déclarations, font partie du groupe des malfrats qui évolue sur le triangle UATT – Auto gare – Cité des enfants.

Un redoutable groupe que le Lynx a sérieusement laminé, en commençant par Ousmane Doumbia dit De Gaule et Ousmane Fofana dit Bakaré, arrêtés le 17 janvier à Sénou, puis Sidibé Sangaré, appréhendé sur l’avenue de l’OUA. Sougalo Doumbia et Diacaridia Coulibaly et Boubacar dit Foula Deux ont été arrêtés à la cité des enfants après une course poursuite.

Quant aux malfrats violeurs, Da Monzon Diarra (Que le défunt roi de Ségou nous pardonne) et Dramane Diarra dit Sanou Dé, ils ont été pris à Niamakoro dans la nuit du 10 au 11 février, alors qu’ils se battaient autour du partage du butin.

Enfin, Mohamed Diallo et Ibrahim Tangara, pour compléter une liste qui est loin d’être exhaustive, ont été neutralisés dans la nuit du 14 au 15 février, non loin de l’auto gare.

Pierre Fo’o MEDJO

18 Février 2008.