Partager

Voilà un plus d’un mois que dans sa quête d’une solution définitive à la crise, le peuple malien, est confronté à la mise en place d’un gouvernement d’union nationale regroupant toutes les sensibilités du pays.

Dans son enthousiasme, l’Exécutif a soumis au peuple une nouvelle équipe gouvernementale regroupant les partis politiques (pro et anti-putschistes) et certains éléments de la société civile. Mais ce gouvernement ne semble pas combler les attentes de certains politiques qui, à travers des déclarations, ont exprimé leur amertume en traitant ledit gouvernement « d’inodore et sans saveur » pour la simple raison qu’il ne regroupe pas toutes les sensibilités du pays, selon eux. Par ailleurs, ils accusent le Premier ministre de s’être taillé la part du lion dans la répartition de ce gouvernement.

En tout cas, l’attitude du Premier ministre s’apparente à un contrepied administré au Président de la République. A tort ou à raison, la décision de l’Exécutif d’augmenter le nombre de portefeuilles ministériels à 33 membres (au lieu de 31 qu’il avait soumis au peuple) pousse à certaines questions. La liste des membres du gouvernement rendue publique le 20 aout est-elle la même que celle arrêtée par le Président intérimaire ? Sinon, pourquoi cette nouvelle décision de créer deux nouveaux portefeuilles ministériels qui, du coup, élargiront le gouvernement à 33 ministres? Et pourquoi la tenue de négociations en vue de la nomination d’un 33è ministère ? Autant de questions qui titillent l’esprit du Malien lambda qui se demande s’il est nécessaire de rassembler dans ce gouvernement toutes les grandes familles maliennes pour mettre fin à la crise du pays.

En tout cas, après la nomination du 32è ministre (le jeudi), les négociations sont en cours en vue de la nomination du 33è ministre, ont indiqué, le vendredi, des sources proches du dossier. Le Président de la République par intérim compterait offrir ce 33è portefeuille à un regroupement politique, notamment, la FRDP-Mali KO, dont les militants estiment qu’en acceptant ce portefeuille ministériel, les Maliens penseront que sa mobilisation sur le terrain politique est liée à l’obtention d’un poste dans le gouvernement.

Nos sources indiquent que la liste des membres du gouvernement qui avait été déposée à l’ORTM par le Premier ministre ne serait pas celle que le Président par intérim avait arrêtée. La même source confie que « le Président de la République par intérim possédait une autre liste de 33 membres, mais puisque l’autre liste avait été rendue publique, il a donc jugé nécessaire de ne pas réagir pour ne pas provoquer d’autres problèmes dans le pays ».

C’est pourquoi le Président Dioncounda Traoré s’était contenté du gouvernement de 31 membres dont 13 nouveaux et 18 de la précédente équipe. Mais suite à la pression du regroupement politique « IBK-Mali 2012», Moussa Bocar Diarra, président dudit regroupement et du parti UM-RDA, a été nommé le jeudi, mais l’information a été rendue publique le vendredi. La nomination de M. Diarra, comme 32è ministre du gouvernement fait déjà l’objet de beaucoup de commentaires depuis ce vendredi matin. Reste à savoir si le regroupement FRDP-Mali KO acceptera ou non ce 33è ministère.

Serge Lath

Le Combat du 27 Août 2012