Partager

Au Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République (FDR), le ministre Moussa Sinko Coulibaly est persona non grata au sein du gouvernement pour ce qui concerne l’organisation des prochaines législatives. Le FDR « s’étonne et s’inquiète de la reconduction du général Moussa Sinko Coulibaly en qualité de ministre de l’Administration territoriale… La partialité de ce ministre ne fait l’ombre d’aucun doute : proclamation anticipée d’un président élu, désignation de présidents de bureau de vote et assesseurs acquis à la cause d’un candidat, entre autres.»

Pour les frontistes, cette reconduction est une prime pour service rendu et confirme les accointances tant soupçonnées avec ceux qui ont perpétré le crime imprescriptible du 22 mars 2012.

En tout état de cause, le FDR, qui a demandé, en vain, la démission de ce ministre pendant la transition, ne saurait se satisfaire de sa présence dans le nouveau Gouvernement pour organiser les prochaines élections législatives. Le regroupement anti-putsch prend à témoin l’opinion publique qu’il ne lui fait pas confiance et croit en son parti pris.

Toutefois, donnant au nouveau Premier ministre le bénéfice du doute, le FDR exhorte celui-ci à bien vouloir prendre en considération les réserves formulées par les acteurs politiques pour une meilleure organisation des prochaines élections au seul profit du peuple malien et pour le confort de la démocratie.

Le FDR déplore aussi que l’ancien chef de l’Etat, le Général Moussa Traoré ait été qualifié de « grand républicain ». Ce qui est, selon les frontistes, « une insulte à la mémoire des martyrs de notre pays, à commencer par le père de la nation, le président Modibo Keita. Aussi, un président qui se dit de la réconciliation, ne doit-il pas rendre un vibrant hommage à tous ses prédécesseurs ? »

Le front retient de celui qui a perpétré le coup d’Etat du 19 novembre 1968 qu’il a été un grand prédateur de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme qu’aucune falsification de l’histoire ne saurait transformer.

Bruno D SEGBEDJI

12 Septembre 2013.