Partager

Malgré les difficultés que nos compatriotes continuent de rencontrer dans le septentrion, le Gouvernement de l’interplanétaire peine à leur apporter la moindre solution. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Premier ministre fait partie de la race des personnalités qui enfoncent notre pays vers le chaos. Sa nomination tourne à l’erreur de casting.

Malgré tout l’espoir suscité par la nomination de Cmd à travers laquelle on s’attendait à un retour rapide de la paix, l’homme a atteint ses limites. Les membres du gouvernement tournent en rond. Du coup des interrogations se posent par rapport au fait que Cmd aurait les mains libres pour nommer qui il veut et quand il le désire.

Le choix porté sur l’astrophysicien tourne à l’erreur de casting car dénouer la crise semble ne pas être pour demain. L’homme a d’autres priorités sur le terrain pour prolonger allègrement sa mission durant des années. Notre pays ne sortira jamais de l’étau si cet homme aux «pleins pouvoirs» continue de se pavaner à la Primature.

Au fait, de quoi est-il capable? Une question qui suscite des débats au sein de la population.

Mais une chose est sûre: le messie semble ne pas être à la hauteur de la mission. L’essentiel est que le chat soit noir ou rouge, il attrape la souris. Dans les faits et gestes de tous les jours, la question du Nord n’est plus d’actualité et aucun des ministres ne se préoccupe point de cette situation. Tout est concentré autour de la capitale. Dieu seul sait que ce jeu de notre Premier ministre «pleins pouvoirs» n’est autre que pour s’éterniser parce qu’’il sait qu’il ne pourra pas se présenter aux élections, si l’on reste fidèle au principe selon lequel les acteurs de la transition ne doivent pas se présenter aux élections.

Le nouvel homme politique du Mali pourra se faire une place au soleil au moment où les bandits armés continueront de faire la pluie et le beau temps dans le Nord du Mali. L’incompétence de Cmd a atteint ses limites et l’on se demande de quoi demain sera fait pour nos frères et sœurs? Il est auprès de la marmite nationale et ne veut plus revenir en arrière. Il y a des gigots de viande dans la marmite. Des parents et des membres du parti ont pris d’assaut la Primature. Mais à quelles fins? On prend les mêmes et on recommence, avec les vieilles habitudes.

En bon tacticien, Cmd cherche à se maintenir à la tête de la Primature sans pour autant sortir le pays de cette crise. Le triumvirat (Diouncounda-Cmd-Sanogo) n’en finit pas de surprendre le landernau politique malien. Pour l’heure, Cmd n’est pas très ouvert pour le retour de la paix dans le Mali. La crise est trop grave. Les problèmes sont restés les mêmes depuis qu’il est à la tête du Gouvernement.

Aujourd’hui, l’une des questions qui semble d’actualité est le sort de nos compatriotes qui ont fuit les bandits armés pour se retrouver dans les autres villes. La situation de nos frères et sœurs au Nord du Mali démontre que l’armée est impuissante à venir militairement à bout d’un problème dont elle bloque aussi l’issue politique. Autrefois, l’armée était la plus respectée des institutions du pays.

Mais de nos jours, tout est au rabais. Le peuple ne sait plus à quel saint se vouer. Alors, tout porte à croire que le bout du tunnel n’est pas pour demain car Cmd et ses ministres ont préféré les bureaux que de prendre des décisions de taille. «Je ne démissionnerai pas. A qui je vais remettre ma démission ?», avait-il précisé. Comme dirait alors l’autre: «mais on est où là ! »

Destin GNIMADI

20 Septembre 2012