Partager

“La politique c’est faire ce qui est possible et de rendre possible ce qui est nécessaire”, dixit le nouveau chef de l’exécutif Dr. Choguel Kokala Maïga.

Cette déclaration faite au cours de l’anniversaire de l’an un du Mouvement du 5 juin- Rassemblement des forces patriotiques ( M5-RFP), Vendredi 4 juin dernier, par Dr  Choguel Kokala Maïga et sa nomination au poste de premier ministre ont suscité un réel espoir chez le peuple malien, toute fois, l’arbre ne doit pas cacher la forêt car face à l’immensité des attentes et la durée de neuf (9) mois  impartis pour la fin de la transition, l’octroi de la primature au M5-RFP  ne saurait suffire à calmer l’ardeur  du peuple malien assoiffé du désir de changement. Il est évident que les maliens en manque de tout ne saurait se contenter d’un simple octroi de la primature. Il revient à Dr Choguel Kokala Maïga et son équipe de faire preuve de plus d’engagement, plus de créativité et plus d’initiative pour apporter des solutions beaucoup plu concrètes aux différents maux dont souffre le pays et qui entravent  son développement. Notre pays est malade, si non, très malade et son traitement nécessite une véritable thérapie de profondeur. Dr Choguel Kokala Maïga et son équipe se doivent d’agir vite sinon très vite avec efficacité et pragmatisme afin de convaincre une opinion nationale qui devient de plus en plus indifférente voire réfracteur  à la chose politique.

Dans un pays où tout est nécessaire, et prioritaire, il va falloir faire un bon choix de priorité compte tenu du délai imparti au risque de tomber dans un euphémisme.

Sur le chantier de reconstruction nationale, les Maliens seront beaucoup plus attentifs sur des questions plus urgentes telles que la sécurité, la baisse du prix des denrées de premières nécessité, l’amélioration du pouvoir d’achat, la lutte contre la corruption, la mauvaise gouvernance, le népotisme, l’impunité; des réponses rapides et durables à la grogne sociale, organisation des élections transparentes, inclusives, crédibles et dont les résultats ne souffriront d’aucune contestation et sur l’épineuse question de l’accord de paix issu du processus d’Alger signé entre le gouvernement et les groupes armés du Nord du pays.

La satisfaction de ces aspirations profondes ne peut être réalisée  sans difficulté, loin sans faut, déjà dès que le Président Goïta a proposé la primature au M5-RFP et que Choguel fut pressenti pour ce poste, les ex – rebelles de la CMA, après une rencontre extraordinaire tenue à Kidal, ont menacé de ne plus soutenir la transition sans une garantie au préalable, et cette garantie leur a été donnée par le colonel Président Goïta sans l’avis de son collaborateur qui est  Choguel. Pour qui connait la position de ce dernier face à cet accord, une assurance donnée de façon hasardeuse, par le colonel président à la CMA  ne serait-elle pas une épine sous ses pieds ? De même, la panique que l’annonce de cette nomination  a provoqué au Qais  d’Orsay jusqu’à ce que ce dernier est arrivé à rompre unilatéralement l’accord de défense qui le lie à notre pays et la récente décision de celui de mettre fin à opération Barkhane ne sont pas du tout de nature à faciliter la tâche du nouveau chef de l’exécutif. La primature à Choguel est un cadeau empoisonné, auteur d’un livre sur la rébellion au Nord du Mali (appliquer l’accord est la partition du Mali). Nous n’oublierons pas non plus les nombreuses revendications corporatistes qui abondent les tables des différents ministères dans l’attente des réponses .Toutes choses qui témoignent  de l’énormité des défis à relever dans ce laps de temps. Toute fois le nouveau locataire de la primature se dit conscient de la complexité de la tâche et la lourdeur de la responsabilité qui leur incombe désormais lui et le mouvement dont il ressort. “Nous mesurons le poids, les difficultés et la gravité de la charge mais nous sommes décidés à l’assumer sans reniement”, l’ont- ils laissé entendre. Dans une déclaration rendu public, le 4 juin dernier lors de leur premier anniversaire. Pour cela ils estiment que la réalisation de cette vaste entreprise sera inclusive et ouverte à toutes les personnes ou forces politiques et sociales acquises au changement. Sans pour au tant demander une certaine complaisance encore moins un laxisme face aux actions qui seront menées et aux actes qui vont être posés, le mouvement avec à sa tête le premier ministre issu de son rang sollicitent surtout l’implication de toutes les filles et tous les fils du pays afin que réussisse  le premier Choguel dans cette noble et exaltante mission. “Le Peuple malien doit rester plus que jamais mobilisé et déterminé dans la mise en œuvre de son objectif stratégique de changement de système, sur l’ensemble du territoire national et dans la Diaspora, jusqu’à l’aboutissement de son combat patriotique pour la restauration d’un Mali démocratique, républicain et laïc, doté d’une gouvernance responsable et vertueuse”, laissent- ils entendre dans la même déclaration. Celui-ci est plus qu’un vœu mais c’est un impératif qui s’impose à chaque citoyen malien et à chaque citoyen malien soucieux du bien-être commun car c’est l’avenir de notre pays et l’existence même de notre nation qu’il s’agit de sauver.

Daouda DOUMBIA

LA LISTE DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT DE DR CHOGUEL KOKALLA MAÏGA

  1. Ministre de la Défense et des anciens Combattants: Colonel Sadio CAMARA
  2. Ministre-de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des-Sceaux: Monsieur Mahamadou KASSOGUÉ
  3. Ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions: Monsieur Ibrahim Ikassa MAÏGA
  4. Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation: Lieutenant-colonel Abdoulaye MAÏGA
  5. Ministre de la Sécurité et de la Protection civile: Colonel-major Daoud Aly MOHAMMEDINE
  6. Ministre de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale, chargé de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale: Colonel-major Ismaël WAGUÉ
  7. Ministre des Transports et des Infrastructures: Madame DEMBÉLÉ Madina SISSOKO
  8. Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale: Monsieur Abdoulaye DIOP
  9. Ministre de l’Économie et des Finances: Monsieur Alousséni SANOU
  10. Ministre de l’Éducation nationale: Madame SIDIBÉ Dedeou OUSMANE
  11. Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique: Monsieur Amadou KEITA
  12. Ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau: Monsieur Lamine Seydou TRAORÉ
  13. Ministre de la Santé et du Développement social: Madame Diéminatou SANGARÉ
  14. Ministre du Travail, de la Fonction publique et du Dialogue social: Madame DIAWARA Aoua Paule DIALLO
  15. Ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne: Monsieur Mossa AG ATTAHER
  16. Ministre des Maliens établis à l’Extérieur et de l’Intégration africaine: Monsieur Alhamdou AG ILYÈNE
  17. Ministre du Développement rural: Monsieur Modibo KEITA
  18. Ministre de l’Entreprenariat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle: Monsieur Bakary DOUMBIA
  19. Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille: Madame WADIDIÉ Founè COULIBALY
  20. Ministre de l’Industrie et du Commerce: Monsieur Mahmoud OULD MOHAMED
  21. Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat, des Domaines, de l’Aménagement du Territoire et de la Population: Monsieur Bréhima KAMENA
  22. Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable: Monsieur Modibo KONÉ
  23. Ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Modernisation de l’Administration: Monsieur Harouna Mamadou TOUREH
  24. Ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme: Monsieur Andogoly GUINDO
  25. Ministre des Affaires religieuses, du Culte et des Coutumes: Monsieur Mamadou KONE
  26. Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Réformes politique et institutionnelles: Madame Fatoumata Sékou DICKO
  27. Ministre délégué auprès du ministre de la Santé et du Développement social, chargé de l’Action humanitaire, de la Solidarité, des Réfugiés et des Déplacés: Monsieur Oumarou DIARRA

III. Ministre délégué auprès du ministre du Développement rural, chargé de l’Elevage et de la Pêche: Monsieur Youba BA.

Source: L’Inter de Bamako