Partager


A travers un micro trottoir effectué pour connaître l’avis de la population sur les déclarations du président de la République, lors de la Journée internationale des femmes, la majorité des gens interviewés à Bamako nous ont fait état de la vie chère et de l’incapacité des gouvernants à redresser la barre.

Aujourd’hui, l’opinion est unanimement d’accord sur la nécessité du changement. C’est dire que le Mali va mal. L’initiative riz dont nous avons été les premiers à dénoncer le mauvais chronogramme et le manque de concertation de ses acteurs avec le milieu rural, a fini par révéler ses failles.

Le retard dans la distribution des intrants et le manque de maîtrise des techniques culturales sont les signaux d’alerte d’une campagne agricole improvisée. Les discours pompeux sur les exonérations n’ont pas empêché les prix des denrées de première nécessité de continuer de grimper sur les marchés.

Ceux qui achètent régulièrement leur plat de riz dans la rue ne sont pas désinformés par les pauvres vendeuses contraintes de rogner sur la quantité car le prix d’achat est élevé pour les bourses des plus démunis. L’école dont on tente, vaille que vaille, de sauver l’année est devenue “une poudrière” mise en veilleuse.

Le ministre de l’Education de base, de l’alphabétisation et des langues nationales, Mme Sidibé Aminata Diallo, questionnée par le député Oumar Mariko a été contrainte de révéler les tares du système éducatif. Dans la foulée, le ministre de l’Equipement et des transports, Ahmed Diané Séméga a reconnu, dans un communiqué de presse, l’échec de la privatisation de Transrail.

Malgré tout, le président de la République a convoqué l’Assemblée nationale en session extraordinaire pour voter, entre autres, le projet de loi autorisant la cession d’actions de l’Etat dans le capital de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT), tout en prenant la précaution de “geler” le projet de loi portant sur l’abolition de la peine de mort. C’est dire qu’ATT et son gouvernement naviguent à vue.

Sur le plan diplomatique, la signature du protocole d’entente entre notre pays et la Libye a été la bourde qui a malgré tout eu l’avantage de révéler à leurs auteurs les errements de leur accord sans lendemain.

C’est pourquoi, les généraux algériens sont entre nos murs pour peaufiner les accords militaires et qu’une délégation ma-lienne se trouve en terre algérienne pour négocier avec les rebelles, en présence du médiateur algérien, sur la base de l’Accord d’Alger.

La pression faite par les militants du Mouvement citoyen sur ATT pour obtenir des emplois a du porter fruits, au regard du recrutement en catimini des douaniers, dont une grande proportion est composée des membres de cette association. L’équipe de football As-Police, selon nos sources, a failli boycotter son match, ce week-end, pour protester contre des recrutements frauduleux à la police nationale.

Le pays va mal. Les corrompus, dont ATT a tenté de défendre l’honorabilité, se sentent donc moralement soutenus par le Premier magistrat. Sur le plan politique, nos sources nous indiquent que lors du renouvellement des structures de base de l’Adéma-Pasj, “l’argent circule et le trafic d’influence bat son plein” pour se positionner dans le parti en vue des futures échéances électorales.

Le Parti africain pour la solidarité et la justice défie les autorités en se gargarisant d’être le premier parti politique du pays. “ATT, disent certains de leurs cadres, n’a pas intérêt à se mettre en face de l’Adéma”.

Pourquoi donc l’initiative riz serait-elle la principale raison des risques de limogeage de Modibo Sidibé alors que l’économie du pays est gangrenée et que les bailleurs de fonds en profitent pour brandir l’épée de Damoclès sur la tête du gouvernement ? Avant cette initiative, le peuple malien avait déjà manifesté son ras-le-bol, notamment à travers des marches de protestation dont la plupart ont été interdites.

Est-ce une manière, parmi d’autres, de camoufler l’incurie du pouvoir ATT ? En tout cas, aujourd’hui, le peuple réclame ouvertement le changement.


Baba Dembélé

17 Juillet 2008