Partager

Situation sécuritaire alarmante au nord mali –Goundam et Diré attaquées, hier après-midi, par les bandits armés – La gendarmerie saccagée, les véhicules des hôpitaux et du lycée enlevés, l’EDM sabotée et du carburant emporté

Hier, dans l’après-midi, les bandits armés ont attaqué les villes de Goundam et Diré, deux localités situées dans la région de Tombouctou et distantes de 35 km l’une de l’autre. D’après les informations que nous avons pu recueillir auprès des habitants de ces deux localités, les bandits armés après avoir terrifié la population, s’en sont pris au poste de gendarmerie de Goundam en la saccageant et en emportant deux motos. Le médecin-chef de Goundam qui revenait d’un atelier de Mopti s’est vu déposséder de son véhicule de service, une Toyota Double cabine, à l’entrée de la ville. A Diré, les bandits armés ont enlevé le véhicule de l’hôpital et celui du proviseur du lycée, saboté les installations de la centrale électrique et emporté le carburant qui s’y trouvait. Ensuite, ils se sont baladés dans la ville, tirant en l’air en scandant « Vive l’Azawad », obligeant la population à se terrer chez elle.

elon des témoins que nous avons pu joindre au moment même où la ville de Diré était attaquée, les bandits armés sont arrivés à bord de huit véhicules, tout juste après la prière de 16 heures.

Aux cris de « Vive l’Azawad!« , les assaillants se sont éparpillés dans la ville en ciblant des objectifs précis. C’est ainsi qu’ils ont mis à sac le Commissariat de police, en enlevant un policier et un surveillant de prison.

Le véhicule de l’hôpital et celui du proviseur du lycée ont été également enlevés. La caisse du régisseur de l’hôpital a été visitée et des sous emportés. Les installations de la centrale électrique ont été sabotées et du carburant servant au fonctionnement de la centrale emporté.

Dans la même soirée aux alentours de 17 heures, le médecin-chef de Goundam, de retour d’un atelier de Mopti s’est vu déposséder, à l’entrée de la ville, de son véhicule de marque Toyota Double cabine. Avec sa délégation, il a dû faire le reste du chemin, soit des kilomètres, à pied. Heureusement sain et sauf.

Où sont les avions dont parlait ATT…?

Dans la ville même de Goundam, la gendarmerie a été saccagée et deux motos emportées.

Selon certaines sources, deux gendarmes auraient été enlevés comme ce fut le cas à Diré quand l’enlèvement, la prise d’otage, a concerné un policier et surveillant de prison.

Inutile de dire que dans ces deux villes la population est restée terrée chez elle toute la soirée. Car, au moment où nous bouclons, personne ne pouvait savoir si les bandits étaient toujours en ville où s’ils s’étaient retirer avec, naturellement, leur butin. En tout cas, ils se baladaient tranquillement dans les deux villes…comme en terrain conquis. Tirant en l’air et obligeant les rares habitants surpris en ville à scander, après eux, leur slogan fétiche: « Vive l’Azawad !« .

Comme on le voit, tout porte à croire que les deux localités ont été attaquées simultanément.

Avec cette nouvelle donne, les Maliens s’interrogent et se perdent en conjectures.

Où sont passés les fameux avions ou hélicoptères dont parlait, avec une légitime fierté, le président de la République lors de sa rencontre avec les épouses des militaires, le vendredi 3 février 2012?

Il serait intéressant de savoir à quoi servent ces engins si les bandits armés continuent à narguer tout un Etat et tout un gouvernement ? Laissant les pauvres populations à leur triste sort. Ne sachant à quel saint se vouer.

Mamadou FOFANA

Le 15 mars 2012