Partager

– La communauté musulmane appelée à ne pas effectuer le déplacement

Des ressortissants du village de Gouba-Dabo, dans le cercle de Diéma, commune de Béma, envoyés par les notabilités dudit village ont rendu visite à votre quotidien “Nouvel Horizon”, hier mercredi 5 février, pour prévenir la communauté musulmane malienne des risques de violence qui pourra se produire dans leur village, lors de l’inauguration d’une mosquée controversée, demain vendredi 7 février 2014.

Il s’agissait une délégation de trois personnes composée de messieurs Diarra Diawara, Bakary Dibassy et Mahamoud Diawara dit Papa. Ces trois envoyés par les notabilités de Gouba-Dabo ont relaté à notre Rédaction les dessous de la mésentente qui existe autour de ladite mosquée. Ils demandent aux musulmans de renoncer à prendre part aux cérémonies d’inauguration de ladite mosquée demain vendredi 7 février 2014. Ce, pour des raisons de sécurité.

EN FAIT, DE QUOI S’AGIT-IL ?

Selon les explications fournies par les émissaires des notabilités de Gouba-Dabo, la mosquée qui doit être inaugurée demain vendredi a été initiée par les frères Diawara, Chouaibou et Bakary Diawara, contre l’avis des populations.

Les émissaires des notabilités de Gouba-Dabo affirment que depuis le début de la construction de la mosquée des frères Diawara, qui a crée la mésentente entre les habitants du village, les bons offices du président du Haut Conseil Islamique (Hci) du Mali ont été sollicités. « Mais, il y a de cela 3 ans celui-là n’a posé aucun acte pour remédier à ce problème qui a gravement porté atteinte à la cohésion des habitants du village Gouba-Dabo », a affirmé M. Diarra Diawara, l’un des trois émissaires.
« Mahamoud Dicko nous a demandé de rester derrière et qu’il fera tout pour régler ce problème. Mais il y a de cela 3 ans il n’a posé aucun acte allant dans ce sens. Nous pensons que le Haut Conseil est là pour réconcilier les musulmans et que Mahamoud Dicko devait mettre son autorité à contribution pour prévenir cette violence latente entre les habitants de notre village. Nous avons honoré ses paroles, mais il na pas respecté ses promesses, car il ne s’est pas intéressé au problème … », ont déclaré les trois émissaires des notabilités de Gouba-Dabo.

La mosquée des frères Diawara qui divise aujourd’hui les habitants de Gouba-Dabo sera inaugurée demain vendredi 7 février 2014. A cet effet, les notabilités du village en appellent aux autorités maliennes de demander à tous ceux qui veulent faire le déplacement pour prendre part aux cérémonies d’y renoncer purement et simplement et éviter ainsi tout risque de violence qui pourra se produire.
Aussi les mêmes notabilités demandent-elles aux prêcheurs et à toutes les personnalités invitées d’annuler leur déplacement sur Gouba-Dabo et de rester sur place pour faire des bénédictions.
Les trois émissaires des notabilités de Gouba-Dabo affirment que c’est parce qu’ils savent que les étrangers ne sont pas au courant de la mésentente qui règne aujourd’hui dans leur village autour de la mosquée des frères Diawara qu’ils ont décidé de les en informer, afin qu’ils ne soient pas victimes d’une quelconque violence.

L’ORIGINE DE L’EFFRITEMENT DE LA COHÉSION SOCIALE ENTRE LES HABITANTS DU VILLAGE

Selon nos informations, le village Gouba-Dabo compte à peine 70 familles. Selon Diarra Diawara, c’est feu Cheickna Diagouraga de Nioro, dont la maman est de Gouba-Dabo, qui a demandé la rénovation de l’unique mosquée appartenant à tout le village. Ce qui a été approuvée par les notabilités du village. C’est ainsi que la vieille mosquée a été démolie et construite au mois de mars 2010 et inaugurée courant mars 2011 par tous les habitants du village.
Selon les explications, toute la mésentente actuelle a commencé au moment de l’inauguration de la vieille mosquée.
Selon nos interlocuteurs, les faits se sont déroulés comme suit: « Nous avons invité le président du Haut Conseil Islamique, Mahamoud Dicko, pour l’inauguration de la vieille mosquée par le canal de Mody Sylla. Et il a accepté l’invitation. Trois jours après, Chouaibou Diawara est venu nous voir pour dire que Mahamoud Dicko étant le leader de tous les musulmans du Mali, qu’il sera mal vu que quelqu’un d’autre dirige la prière en sa présence.

Nous avons dit à Chouaibou Diawara que ceci est un problème relevant de la compétence des imams et que c’est à eux de se mettre d’accord et que nous n’avons pas à intervenir.
Après Chouaibou Diawara est allé voir Mahamoud Dicko pour lui raconter de fausses informations en lui faisant croire que des habitants disent que si jamais quelqu’un d’autre est désigné pour diriger la prière (en dehors de Mahamoud Dicko) qu’ils sont prêts à user de la violence pour l’en empêcher.
Pour donc éviter toute violence, Mahamoud Dicko a décidé de renoncer à faire le déplacement pour l’inauguration de la vieille mosquée. C’était en 2011.
Les frères Diawara ont donné ces fausses informations à Mahamoud Dicko en ayant quelque chose derrière la tête. Parce que 15 jours après l’inauguration de la vieille mosquée, Chouaibou Diawara Diawara et son frère Bakary Diawara se sont lancés dans un projet de construction d’une nouvelle mosquée et d’une école coranique dans le village. Alors qu’il était convenu que s’il ya un autre travail prioritaire au village, ce serait de construire un pont sur le marigot du village ou de construire d’autres salles dans la medersa qui ne comptait que 3 salles de classe.

Chouaibou Diawara Diawara et son frère Bakary Diawara ont essayé de faire adhérer les gens du village à leurs projets controversés en promettant que la nouvelle médersa sera gratuite.
Quand ils ont commencé la construction de leur mosquée, nous les autres villageois avons approché Mahamoud Dicko afin qu’il fasse valoir son autorité pour prévenir la mésentente dans notre village, qui n’a pas besoin de deux mosquées. Surtout deux mosquées de vendredi. Mais rien n’a été fait.
Nous avons appris que Mahamoud Dicko a affirmé qu’il ne se rendra pas pour l’inauguration de la mosquée des frères Diawara. Ce qui est une décision sage.
Nous demandons aux autorités de faire tout leur mieux pour sensibiliser les citoyens à ne pas se rendre à Gouba-Dabo pour l’inauguration de la mosquée de Chouaibou Diawara qui est aujourd’hui source de la détérioration de la cohésion sociale entre les habitants du village ».

Propos recueillis par Modibo KONÉ

Nouvel Horizon du 6 Février 2014