Partager

A travers la Cellule de coordination sectorielle de lutte contre le VIH/SIDA, en partenariat avec la MINUSMA et ONG-ASDAP que la Direction générale de la Police Nationale a organisée, une cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation et de dépistage du VIH/SIDA, du diabète, d’hypertension et d’autres maladies non transmissibles aux éléments du Groupement Mobile de Sécurité (GMS). La cérémonie a eu lieu le mercredi 30 mars 2022, dans la cour du GMS. Elle a été placée sous l’égide du Directeur Adjoint de la Police Nationale, le Contrôleur Général Cheicknè Magassouba qui avait à ces cotés le directeur exécutif de l’ONG-ASDAP, le Docteur Ousmane Traoré, le chef de la Cellule de coordination sectorielle de lutte contre le VIH/SIDA, le Lieutenant-colonel Seydou Ly.

Cette sensibilisation était basée sur le VIH/SIDA, qui est une pandémie qui touche des millions de personnes à travers le monde, c’est une réalité au Mali et au sein des forces de défense et de sécurité.

Le chef de la Cellule de coordination sectorielle de lutte contre le VIH/SIDA, le Lieutenant-colonel Seydou Ly a souligné que chaque jour, il y recense plus de 760 nouvelles contaminations et seulement 2,6 millions des 5 millions de personnes porteuses du virus suivent un traitement. Selon lui, le niveau des connaissances des deux moyens de préventions contre le VIH varie d’une région à l’autre. Les populations considérées comme particulièrement vulnérables sont entre autres les migrants, les camionneurs et leurs apprentis, les vendeuses ambulantes, les porteurs. Pour le Lieutenant-Colonel Ly, l’un des facteurs de vulnérabilité est la mobilité. Toute chose qui éprouve fortement les forces de défense et de sécurité face aux défis sécuritaires.

Cette cérémonie a été une occasion pour le Lieutenant-colonel Seydou Ly de solliciter l’accompagnement de tous les partenaires intervenants pour les activités futures en cours de planification.

Le Directeur Adjoint de la Police Nationale, le Contrôleur Général Cheicknè Magassouba a noté que ce lancement de sensibilisation se déroulera dans toutes les Unités de la Police Nationale et ceux de la Protection Civile à Bamako et dans les régions, à cela seront associés des tests de glycémie et de contrôle de la tension artérielle. Pour lui, les efforts communs et l’engagement des plus hautes autorités ont permis des avancées significatives mais la lutte contre la VIH/SIDA doit se poursuivre. Il a lancé un appel aux forces de défense et de sécurité de rester mobilisés d’être plus vigilant face à la maladie notamment les rapports sexuels non protégés sous toutes ses forces.

En effet, 60% de ces découvertes se font à un stade tardif de l’infection. Donc beaucoup de progrès dans la riposte contre la pandémie qui a permis de réduire le nombre de nouvelle infection. L’accès facile au traitement a réduit également le nombre de décès.

Deux femmes ont témoigné de leur infection du VIH/SIDA durant plus de 10 ans. Elles vivent avec la maladie grâce aux traitements prescrit par le Médecin. L’une a un enfant de 4 ans qui n’a pas de VIH/SIDA ni aucune autre maladie transmissible.

La cérémonie a pris fin par les tests de dépistages de VIH/SIDA aux éléments du Groupement Mobile de Sécurité.

Source: Fama