Partager


L’association malienne pour la protection et la promotion de la culture dogon dénommée «Ginna Dogon» a tenu son assemblée générale d’information le dimanche dernier au Centre international des conférences de Bamako.

Cette assemblée générale d’information avait pour but de faire le bilan de la 2e édition des journées culturelles tenues les 22, 23 et 24 février 2008 à Douentza. Lesdites journées avaient pour objectif général de contribuer à une meilleure expression culturelle du peuple dogon et d’envisager au mieux sa participation au développement de notre pays.

Il s’agit spécifiquement de continuer à faire découvrir et à faire prendre conscience aux Dogons eux-mêmes et à tous les amis des Dogons, de la diversité et la richesse de l’art et de la culture dogon à travers les danses traditionnelles, les danses des masques, l’artisanat, de faire découvrir aux Maliens,

aux chercheurs nationaux et étrangers et aux touristes du monde entier, un pan inconnu de la culture dogon, à savoir la place et le rôle du TOGUNA et enfin poursuivre le brassage entre les Dogons des cercles de Bandiagara, Bankass, Douentza, Koro, Mopti et ceux de la diaspora.

La cérémonie d’ouverture officielle de la présente édition avait été placée sous la présidence du ministre de la Culture, représenté à cet effet par sa collègue Mme Diabaté Fatoumata Guindo, ministre chargée des relations avec les institutions, porte-parole du gouvernement.

Elle a enregistré la participation de nombreuses personnalités et autorités administratives et politiques dont le représentant du Directeur général de l’Unesco, les représentants du Conseil de l’Ile et Vilaine de la région du Centre (France), et une délégation saoudienne.
Les antennes sœurs de Ginna Dogon à travers tout le Mali avaient fait aussi le déplacement.

Lors de cette 2e édition, les activités ont été consacrées à l’inauguration de TOGUNA (un haut lieu sacré), au lancement de la compétition du Sirikoro ou Wali, un jeu de société bien répandu en milieu dogon, à la visite des stands d’exposition d’objets d’art bien achalandés (textiles, sculptures, parures et vanneries).

Un autre temps fort de cette 2e édition a été marqué par le défilé de la délégation de l’antenne de Bankass, suivi de celui des antennes de Bandiagara, Koro, Mopti/Sévaré et Douentza.

Des causeries débats sous le TOGUNA, animées par les aînés et une conférence débat sur «les mythes de la chasse en pays dogon» animée par Hammedoun Ouologuem chercheur à l’Institut des langues Abdoulaye Barry et Hamidou Morba, formateur à la Direction nationale de l’éducation de base, dans la salle de conférence du lycée de Douentza figurent également parmi les temps forts de ces journées.

Des troupes folkloriques de Bandiagara, Bankass, Koro, Mopti/Sévaré et Douentza se sont succédé à travers danses et rites. C’était véritablement une démonstration de la richesse et de la diversité de l’univers dogon.

Ces journées ont été marquées également par la visite du musée de Fombori, dans la commune urbaine de Douentza. Ce musée représentant un échantillon des us et coutumes dogon constitue une source de revenu pour la communauté villageoise.

Très satisfait de ce qu’il a vu, le représentant du Directeur général de l’Unesco a promis la restauration de ce musée pour en faire la mémoire véritable du pays dogon et un site touristique très fréquenté. En définitive si les journées culturelles dogon ont vécu dans l’allégresse et la joie, cependant elles ont enregistré un déficit budgétaire important.

Car elles ont coûté 39 693 571 F Cfa contre des recettes de 31 431 950 F Cfa collectées auprès des Dogons eux-mêmes, leurs amis et sympathisants, les institutions nationales et des organismes privés, publics et parapublics.

Le président du Bureau national de «Ginna Dogon» Mamadou Togo s’est félicité de l’accompagnement du gouvernement de la République du Mali et particulièrement du ministère de la Culture.

Il a terminé son intervention en remerciant tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la tenue des présentes journées culturelles dogon en particulier le président de la République Amadou Toumani Touré. Ayant relevé le défi de l’organisation de la 2e édition de ses journées culturelles, rendez-vous a été pris pour la 3e édition à Bandiagara prévue pour les 20, 21 et 22 février 2011.

Sidi Modibo Sagara

11 Juin 2008