Partager

Arrivés mardi dans la capitale ghanéenne, les Lions indomptables camerounais affichent une mine serrée, les visages meurtris par l’époustouflante rencontre livrée face aux Aigles tunisiens.

Samuel Eto’o et le capitaine Rigobert Song se donnent du plaisir à signer des autographes avec le groupe de jeunes Ghanéens, venus spécialement à l’accueil des Lions à l’aéroport. Les travailleurs de l’aéroport tentent de détendre aussi l’atmosphère, demandant aux joueurs camerounais de remplir en même temps leurs fiches d’embarquement pour le Cameroun, car dès jeudi soir, ils prendront le chemin retour, avec une valise supplémentaire pleine de buts. Les joueurs camerounais répondent par des sourires et s’engouffrent dans le bus pour l’hôtel.

Ghana -Cameroun a commencé depuis lundi hors du stadium et va s’achever cet après midi avec obligatoirement un vainqueur et un vaincu. « Le Cameroun doute, joue mal mais parvient toujours à aller de l’avant. Cela n’est pas rien, constate une consoeur de la télévision ghanéenne. Il y a aussi cet aspect très important : l’entraîneur du Cameroun, Otto connaît très bien la philosophie de jeu du Ghana. Il est très imprégné de tous les détails de l’environnement de notre football, pour avoir tenu les rênes des Blacks stars pendant un bon bout de temps. Nous aurions aimé à ce stade de la compétition, comme adversaire la Tunisie« , souligne -t-elle, avant de rappeler que la façon de porter son pantalon, est devenu un mode chez les jeunes garçons ghanéens.

A vrai dire, sans avoir réellement impressionné, les deux équipes ont toujours su tirer les bonnes cartes jusqu’à maintenant. Le Ghana joue beaucoup à la solidarité. Tous les joueurs tentent de mettre leurs talents au service du collectif. Le schéma 4-4-2 classique qui se mue en 4-3-3 ou en 5-4-1 suivant le rythme du jeu de l’adversaire et l’envie de faire plaisir à son public, semblent tenir la route pour l’instant.

Mais si d’aventure le sélectionneur Claude Leroy s’aventurait comme, il l’a fait lors des derniers entraînements, à mettre Essien comme libéro à la place du capitaine John Mensah, l’attaque risque d’en pâtir. Véritable porteur d’eau au duo d’attaquants Agogo Manuel et Gyan Asamoah, le joueur de Chelsea est devenu à l’occasion de cette compétition, l’animateur principal du dispositif de Leroy. Il forme avec Asamoah, Ali Muntary, les têtes pensantes des Blaks stars. La bonne humeur collective, la fraîcheur physique et le soutien d’un public désormais acquis à la cause, constituent les atouts maîtres pour le team de Claude Leroy.

Mais le danger d’en face cet après midi se nomme Samuel Etoo. Auréolé du titre de meilleur buteur de l’histoire de la CAN, le joueur du F.C. Barcelone affiche déjà cinq buts à son compteur, dont trois sur penalty. Mais le Barcelonais paraît bien esseulé au sein de cette équipe camerounaise, sévèrement battue (4-2) lors du premier match par l’Égypte et qualifiée grâce à ses succès face à la Zambie et au Soudan. Les Lions affronteront aujourd’hui les Blacks stars pour une place en finale.

Le jeu camerounais demeure toujours tributaire de l’inspiration du triple Ballon d’Or africain qui est définitivement entré dans la légende du football africain en inscrivant ses 15è et 16è buts en phase finale de la CAN, à l’occasion du dernier match du groupe C entre le Cameroun et le Soudan (3-0). Par ailleurs, le parcours du Cameroun dans cette coupe d’Afrique ne permet pas vraiment de se faire une idée sur le niveau réel des hommes d’Otto Pfister.

Ainsi, les Lions se sont lourdement inclinés lors du match inaugural face aux Pharaons égyptiens (4-2), avant de venir à bout des modestes joueurs zambiens (5-1, 67è au classement FIFA) et Soudanais (3-0, 94è).

Le match contre la Tunisie aura -t-il servi de test pour les Lions camerounais aux crocs rongés par le poids des ans ? Le capitaine emblématique de la sélection, Rigobert Song qui est en train d’écrire une autre page de l’histoire de la CAN, en terme de la constance et la régularité (il disputera aujourd’hui son 31è match de phase finale de CAN, contre 24 pour son poursuivant immédiat, l’Ivoirien Alain Gouaméné).

Depuis l’Afrique du Sud 1996, Song a participé à toutes les rencontres avec les Indomptables. « Nous ferons tout pour atteindre la finale« , annonce le capitaine camerounais.

La roublardise des ténors constitue la meilleure arme d’une génération vieillissante sélection des Lions. Les échanges dans cette rencontre risquent de durer. Ils seront sans doute très musclés et l’issue risque de se disputer sur les détails.

Envoyés spéciaux

M. N. T et A. S – L’Essor

07 Février 2008.