Partager

La 26e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Football a été confiée à la République du Ghana pour l’organisation de l’événement. Avoir l’honneur et le privilège d’organiser une telle rencontre continentale dépassait la compétence du gouvernement seul. C’est pour une bonne organisation et la réussite totale de l’événement que les opérateurs de tous bords ont été sollicités pour qu’ils puissent apporter d’une manière ou d’une autre leur pierre à la chose nationale.

Si en 2002, lors de la 23ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations tenue chez nous ici au Mali, les autorités politiques du pays ont pris en grande partie l’hébergement et la nourriture de beaucoup de délégations pour ainsi confirmer le « Diatiguiya » à travers l’Afrique, au Ghana, il y avait une autre réalité.

UNE OPPORTUNITE POUR LES OPERATEURS ECONOMIQUES

Et l’organisation de cette CAN était une occasion rêvée de nombreux opérateurs économiques ghanéens. C’est dans ce contexte que les opérateurs économiques ont envahi les marchés des villes hôtes de la CAN où étaient basées les délégations des pays participants avec des articles divers, entre autres des habits, des chaussures des petits matériels avec les couleurs du Ghana.

Cette CAN aura aussi été celle des hommes des transports. Les compagnies de voyages « Express-intercities » et les » Fords » qui naviguaient entre les différentes villes et les compagnies de Taxi à l’intérieur des villes ont aussi eu leur part de gâteau.

Les plus grands opérateurs qui auraient gagné lors de cette compagne Ghana 2008 sont sans nul doute les propriétaires d’hôtels et d’agences touristiques.

En effet, les seize pays dont les équipes nationales étaient qualifiées, avaient fait déplacer beaucoup de personnes pour assurer le rôle de 12eme homme pendant les matches et aussi leurs médias.

En plus des délégations africaines, nombreux étaient les amoureux de ballon rond qui ont fait le déplacement des autres continents pour assister à la grande messe du football africain.

UN GRAND BUSINESS AUTOUR DE LA CAN

Ainsi, les infrastructures hôtelières ont doublé voire triplé de prix.

Quant aux agences de tourisme, c’était une grande opportunité pour eux de se faire un chiffre d’affaires durant les 3 semaines de la CAN et particulièrement les jours où il n’y avait pas de compétition.

Aussi, les travailleurs de sexe n’étaient pas en marge de cette percée du marché. Et ces travailleurs du sexe en ont profité vers le début de la compétition, en fixant des prix spéciaux CAN pour ceux qui utilisent les condoms et ceux qui veulent le contact corps à corps.

Environ 5 millions de condoms ont été écoulés pendant ces 3 semaines de la CAN: « Pour nous, c’est très bon, dans le sens que l’éducation fait son effet et que les gens maintenant payent« , a dit M. Sam Anyimadu Amaning, président de la commission ghanéenne de lutte contre le sida et le programme pour la promotion des condoms (Daily graphie).

Chose pour dire qu’à port l’événement sportif, les ghanéens ont su élaborer un grand business autour de la CAN pour permettre à chacun de se faire du « blé » pendant les trois semaines de la CAN.

Moussa KONDO

Nouvel Horizon du 15 février 2008.