Partager

Au terme d’un match héroïque disputé le 12 octobre 2007 à Lomé contre les Eperviers du Togo, les Aigles du Mali ont obtenu leur ticket de qualification pour la coupe d’Afrique des nations GHANA 2008. En même temps, ils ont pris leur revanche sur les Togolais qui les avaient dominés lors des éliminatoires combinées CAN-Mondial 2006.

A l’issue d’un match proprement héroïque, les Aigles du Mali, ont dominé les Eperviers du Togo dans un stade de Kégué qui leur est généralement favorable. C’était pour le compte de l’une des dernières rencontres du groupe 9 de qualification à la coupe d’Afrique des nations Ghana 2008.

Le Mali termine ainsi 1er du groupe avec 12 points au terme d’un parcours sans faute et s’invite au grand rendez-vous continental où il côtoiera les grandes nations du football au nombre desquelles l’Egypte, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Ghana, pays organisateur.

Les choses n’étaient pas pour autant faciles pour les camarades de Mahamadou Diarra Djilla qui s’étaient mis dans une situation inconfortable après leurs nuls contre le Bénin à l’aller et au retour. Il leur fallait sortir le « grand jeu » pour surplomber des Togolais qui, en plus de jouer à domicile, avaient retrouvé la confiance avec le retour en sélection de ses ténors dont Adebayor Sheyi Emmanuel, Kader Coubadja et Mama Chérif.

Face à l’enjeu, les poulains de Jean François Jodar ont su se transcender en faisant preuve d’un extraordinaire engagement patriotique. A l’image du capitaine Mahamadou Diarra, l’équipe malienne s’est gaillardement battu et a fini par renverser le court de la pression. Et, au bon moment (39e minute) Fréderic Oumar Kanouté, servi par Bassala Touré, a fait vibrer les filets togolais gardés par Tchagnirou Ouro Nimini.

La 1ere mi temps qui a été véritablement dominée par les nôtres avec un total de 5 corners contre 1, intervient su ce score. Les arguments développés en 2è période par Stephen Keshi et ses poulains n’ont pas suffit. Adebayor Emmanuel, l’attaquant en forme de Arsenal (1ère division anglaise), véritable épouvantail, n’aura été que l’ombre de lui-même. Ou plutôt, il a été muselé par un bon dispositif défensif monté autour de Adama Coulibaly.

L’introduction notamment de Coubadja Kader à l’heure de jeu n’a pu permettre au onze Togolais de prendre à défaut l’excellent Mahamadou Sidibé. Le dispositif monté par le sélectionneur Jean François Jodar a permis de dominer le jeu médian grâce à l’abattage de Mohamed Sissoko, Seydou Keïta et surtout de Mahamadou Diarra qui a livré une partie exemplaire.

D’après les confrères présents à Lomé, le joueur du Réal Madrid était à la fois le dépositaire du jeu malien et assura la sécurisation du milieu de terrain par un excellent travail de récupération. Ce qui lui a permis de surplomber le stade de Kegué et de tenir la promesse qu’il avait faite au peuple malien : lui assurer une qualification.

Le coaching de Jean François Jodar, a certainement permis à son capitaine de retrouver son jeu habituel. Le même coaching s’est révélé payant lorsque Mamadou Diallo, entré à la place de Bassala Touré à la 78ème minute, doublait la mise dans les arrêts de jeu.

Les Aigles ont ainsi tenu une belle revanche sur des éperviers qui les avaient battu le 27 mars 2005 au Stade du 26 mars provoquant de graves incidents à Bamako.
Les souvenirs de cette humiliation étaient encore dans les esprits. Le peuple malien ne pouvait aspirer à meilleur résultat pour l’oublier.

Et le 12 octobre 2007 a définitivement enterré le 27 mars 2005. Ce fut alors la grosse désillusion pour la population togolaise qui s’était, avec l’implication des autorités, fortement mobilisée derrière leurs éperviers qu’ils estimaient capables de dominer les aigles du Mali.

Le Mali obtient donc sa 5è participation à une coupe d’Afrique après 1972 (Yaoundé) 1994 (Tunis), 2002 (Bamako) et 2004 (Tunis). A chaque participation l’équipe a pu se hisser en demi finale.

L’autre match du groupe a été dominé par le Bénin qui s’est imposé (2-0) à Freetown face à la Sierra Leone. Les Ecureuils béninois obtiennent ainsi leur qualification et arrachent le dernier ticket des meilleurs 2èmes.

Souleymane Diallo

15 octobre 2007.