Partager

S’il y a aujourd’hui un sujet qui est ou doit être à la pointe de l’actualité, c’est bien la situation dans la partie Nord du pays, surtout à Kidal où le Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla) continue de donner dans des comportements «humiliants» à la Nation malienne. Depuis le siège de l’Ortm, émet une radio «Radio Azawad», alors que le gouverneur n’a rien à envier à un Sdf (Sans domicile fixe) et qui n’est gouverneur que de nom… Une situation qui n’a pas aussi manqué de relancer les polémiques sur les ambitions réelles de la France au Nord du Mali. La France serait-elle en train de faire du rab ?

On ne dira jamais assez que les régions libérées de la férule des terro-djihadistes sont tout, sauf des «zones paisibles», pas plus qu’on ne reviendra sur le constat selon lequel au Nord du Mali, c’est toujours «le calme avant la tempête». Et c’est cela qu’on déplore. Les tirs d’obus sur Gao (revendiqués par le Mujao), l’attentat suicide qui a visé un camp des militaires maliens à Tombouctou, les manifestations récentes des populations à Gao… en sont, à n’en point douter, des indicateurs palpables.

Rares sont ceux qui diront le contraire : la situation au Mali mérite qu’on y accorde une attention particulière. A Kidal, fief des différents groupes rebelles armés (Mnla, Hcua, Maa…), la situation n’a connu aucune amélioration, et l’on semble toujours au stade initial. C’est-à-dire, au stade du petit matin de cette rébellion sans nom et qui n’a jamais dit son nom. Beaucoup de Maliennes et de Maliens qui croyaient dur comme fer que l’élection d’un nouveau président allait apporter une réponse tranchante à ce problème, ont fini par revenir de leurs illusions, après avoir certainement pris conscience que la situation à Kidal, à lire entre les lignes, va au-delà de tout ce qu’ils ont pensé jusqu’ici.

Il est clair qu’entre le 11 janvier 2013 et l’état actuel du Mali, il y a bien un fossé immense. En effet, le 11 janvier 2013, a été lancée l’opération Serval au cours de laquelle les soldats de l’armée bleu-blanc-rouge ont évité au Mali de passer sous le contrôle des terro-djihadistes d’Aqmi, du Mujao et d’Ançar Dine. Une intervention qui, à l’époque, a fait l’objet de diverses interprétations dont la plus virulente était celle qui prétendait qu’elle n’est rien moins que le prolongement camouflé du néo-colonialisme appelé pourtant à mourir…

Mais, la France, par le truchement de son président François Hollande, a dit à qui veut croire l’entendre qu’elle est intervenue pour empêcher l’effondrement d’un Etat, la création d’un émirat-djihadiste au cœur de l’Afrique de l’Ouest. Et c’est pour cette raison que l’Opération Serval a été accueillie comme le sauveur partout au Mali, y compris à Bamako. Tout cela ne serait que parole d’évangile s’il n’y avait pas ces révélations d’un écrivain et chercheur français sur la situation au Nord du Mali.

Les Etats toujours mus par la raison utilitaire

Dans sa parution du vendredi dernier, L’Annonceur donne le compte rendu d’une conférence-débats donnée par André Bourgeot sur le thème : «Les rebellions touareg : enjeux et perspectives». «Pour le conférencier, note le journaliste, il n’existe dans le monde aucun Etat humanitaire ; chaque Etat agit selon ses intérêts…La France n’a pas agi pour chasser les terroristes sans intérêts».

Le conférencier aurait aussi rappelé que «le nord renferme de nombreux gisements, à savoir, le pétrole à Taoudéni, le phosphate à Tilemsi, le manganèse à Kidal, entre autres» et qu’un accord qui donnera à la France «la primauté sur l’exploitation de ces gisements», permettra au Mali de fermer la porte de la rébellion touareg. Voilà ces révélations qui semblent tombées dans l’oreille d’un sourd, puisque rares sont les gazettes qui s’en sont fait l’écho. Aucun commentaire aussi de la part d’une classe politique faite de soumission…et de tétanos.

En tout cas, la posture de la France au Nord du Mali est des plus floues. Et personne ne peut réfuter que les soldats de Serval déployés à Kidal servent de parapluie à ces maquignons du Mnla.

Boubacar SANGARE

Le Flambeau du 07 Novembre 2013