Partager

La Banque Mondiale en partenariat avec la Direction Générale de la Protection Civile a organisé, le lundi 22 novembre à la Maison du Partenariat Bamako-Anger, l’atelier de validation des textes et mise en place du réseau des femmes leaders sur le système d’alerte précoce et la gestion des risques et catastrophes. C’était sous l’égide du Médecin Colonel, Cheick Fantamady Koné, coordinateur du projet Hydromet Mali.

L’objectif principal de cet atelier de 02 jours (22 au 23 novembre) est la mise en place d’un réseau national de femmes leaders sur l’alerte précoce, la prévention et la gestion des risques des catastrophes. Plus spécifiquement, il s’agir de : Favoriser une appropriation des textes du réseau à travers le partage, la communication et la sensibilisation auprès des femmes déjà formées sur l’alerte précoce, la prévention et la gestion des risques et catastrophes dans toutes les régions concernées,  Valider les propositions de textes du réseau des femmes leaders sur la RRC et l’alerte précoce, Disposer d’un plan d’action permettant de définir les modalités de mise en place des coordinations au niveau des régions et de prendre en compte les besoins de renforcement de capacités.

Selon Mme Kouyaté Goundo Sissoko, facilitatrice de l’atelier, les catastrophes naturelles affectent les femmes, les hommes, les filles et les garçons de manière différente. Les femmes et les filles, dit-elle, sont les plus touchées par les catastrophes naturelles. Elle a aussi indiqué que les femmes ont souvent un accès limité aux mécanismes et vecteurs officiels d’alerte et de gestion des catastrophes, et à toute information relative à la prévention et à la préparation en cas de catastrophe.

C’est dans ce cadre que la Banque Mondiale en partenariat avec la Direction Générale de la Protection Civile s’est engagée à travers le projet CREWS dans un processus de renforcement de capacités, de renforcement organisationnel des femmes et des filles sur les risques climatiques et les mesures de prévention. Ceci afin de leur permettre de manifester et réaliser leurs désirs de répondre aux besoins et préoccupations spécifiques des femmes en matière de Réduction des Risques de Catastrophes.

Pour sa part, le coordinateur du projet Hydromet, le Médecin Colonel Cheick Fantamady Koné, a indiqué que les femmes et les filles ont un rôle essentiel dans la lutte contre les catastrophes naturelles. « Votre implication est plus importante dans le rehaussement de la résilience. Une place prépondérante qu’il faudra renforcer », a dit le Colonel Koné.

A titre de rappel, cet atelier fait suite à plusieurs autres organisés depuis 2018. Une trentaine de femmes venus des régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et le district de Bamako prennent part au présent atelier.

Abdrahamane SISSOKO

Source: Maliweb.net