Partager

Le Parti SADI prépare une question orale


Il n’y a aucun doute, après la privatisation de la CMDT aux forceps par l’Etat malien, celle annoncée de la Sotelma-Malitel va focaliser les énergies à l’Assemblée nationale dès la rentrée parlementaire. En attendant ces jours de débats houleux, le parti SADI et son allié le PARENA, en collaboration avec le National Democrate Institute (NDI), ont organisé le 23 septembre 2008, à l’hôtel Amitié Laïco, une mini retraite.

Deux grandes préoccupations étaient inscrites au centre de cette mini retraite: la question des anciens combattants et la problématique de la gestion des fibres optiques et des télécommunications au Mali. Dans un exposé sur le thème “ la question des anciens combattants: tenants et aboutissants”, le colonel Issa Ongoïba, Président de la maison des anciens combattants du Mali, a mis en exergue toutes les difficultés que vivent au quotidien ces valeureux combattants qui ont rendu tant de services à leur patrie. Le débat qui a suivi l’exposé de ce thème a permis au parti SADI de formuler des propositions pour un meilleur encadrement des anciens combattants.

Et comme le parti SADI s’apprête à formuler une question orale sur la problématique de la gestion des fibres optiques et des télécommunications au Mali, la mini retraite a été mise à profit pour éclairer la lanterne des responsables politiques qui avaient été conviés à la rencontre. Dr Adama Traoré, M. Gaoussou Konaté et Boubacar Guindo ont animé un panel sur le sujet. Et les différentes informations devraient permettre au parti Sadi de préparer sa question orale, en prévision de la rentrée parlementaire prochaine.

Mais, auparavant, le Professeur Raphaël Ouattara, directeur du NDI au Mali, a indiqué que tout parti qui se crée et qui ambitionne de gérer le pouvoir d’Etat se préoccupe du bien être des personnes qu’il entend gérer. Pour cela, il s’est réjoui du choix des thèmes du parti SADI.

Pour sa part, Dr Oumar Mariko, secrétaire général du Parti SADI et député à l’Assemblée nationale, a rappelé qu’à l’ouverture de la session parlementaire le 24 septembre 2007, la déclaration politique du groupe parlementaire Parena-Sadi a fait ressortir l’engagement pris vis-à-vis de notre peuple. Selon lui, cet engagement a consisté et consistera à assurer dans l’Hémicycle la représentation de notre peuple comme il est dit dans la Constitution.

Dr Mariko dira que le groupe parlementaire Parena-Sadi jouera pleinement son rôle en ce qui concerne le contrôle de l’action du gouvernement par le parlement, afin de l’obliger à faire face avec beaucoup de courage aux besoins fondamentaux des populations maliennes. “Nous sommes venus à l’Assemblée nationale pour cela et nous nous battrons pour que cela soit”, a-t-il déclaré. Avant de rappeler que le Parena et le Sadi ont inscrit leur action dans l’opposition parlementaire à travers leur groupe.

Cela affiche notre volonté d’assumer l’engagement et de défendre la souveraineté et tous les autres intérêts de notre pays”, a-t-il déclaré. Cette tâche ardue exige des acteurs politiques de l’opposition de se doter de connaissances et de capacités exceptionnelles. Donc, pour lui, la formation est bienvenue, car elle aidera des militants et des responsables politiques de l’opposition à cerner les problèmes des anciens combattants du Mali et la gestion des fibres optiques et des télécommunications au Mali.

Assane Koné

24 Septembre 2008