Partager


Comme au Mali, l’Etat burkinabé s’apprête à transférer la gestion de l’eau à la population. En attendant, une délégation burkinabé, composée de maires et d’agents de WaterAid Burkina Faso (WABF), effectue du 7 au 10 juillet une visite dans notre capitale pour s’enquérir de l’expérience malienne en matière de gestion de l’eau potable par les communautés.

La délégation burkinabé était mardi l’hôte de la mairie de la Commune rurale de Kalanbancoro. Ibrahima Bamba, le maire de Kalanbancoro a retracé la situation de l’eau dans sa commune. Il dira qu’au Mali, en matière d’hydraulique chaque commune doit faire face à son propre développement. Il regrettera que sa commune bien que liée à Bamako, « n’est pas branchée au réseau d’EDM de Bamako.

On se débrouille pour résoudre nos problèmes d’eau par nos propres moyens qui sont insignifiants. C’est ce qui nous a amené à adhérer aux initiatives de WaterAid Mali ».

Dans le contexte de la décentralisation, WaterAid Mali (WAM) appuie les autorités locales et les collectivités territoriales dans leurs missions de satisfaction des besoins de leurs populations en eau potable à travers l’élaboration des documents de planification. Il s’agit de plans sectoriels de développement (PSD) axés sur l’eau, l’hygiène et l’assainissement.

Le maire de Kalanbancoro expliquera que le PSD sert d’outils de négociation et de plaidoyer capables de mobiliser les financements internes et externes en vue de répondre à la demande sociale pour l’amélioration du bien-être des populations.

Impressionné par le résultat de la bonne collaboration que WAM a avec les communes, Alassane Zakane, maire de la Commune de Tenkodogo (Burkina Faso), chef de la délégation, dira qu’ils ont appris beaucoup de choses.

Auparavant, il avait expliqué que « nous ne sommes pas encore arrivés au stade où la population gère l’eau. L’objectif de notre visite est de voir l’expérience du Mali afin de la transférer au Burkina pour que nos populations n’aient pas de problème avec la gestion de l’eau dans les jours à venir ».


Sidiki Doumbia

10 Juillet 2008