Partager

Suite à notre article paru dans le No 199 intitulé « Immixtion de Mme Conté Fatoumata Doumbia dans la gestion de l’ASACODJE » et suite à nos investigations menées, Il ne fait aucun doute que la Maire de la Commune I est jalouse de la gestion rigoureuse et des performances enregistrées par Cheick Doucouré et son équipe. Ce qui pousse Mme Conté Fatoumata Doumbia à vouloir gérer coûte que coûte l’ASACODJE.

Malgré l’interdiction des textes à savoir le décret No 02-049 du 22 juillet 2002 portant loi d’orientation sur la santé et ceux No 02- 314/P-RM du 4 juin 2002 fixant les détails des compétences transférées de l’Etat aux collectivités territoriales niveaux communes et cercles en matière de santé et No 05-299/P-RM du 28 juin 2005 en son article 4 fixant les conditions de création et les principes fondamentaux de fonctionnement des CESCOM ; malgré la décision : No 722/GD-CAB du 4 décembre 2015 du Gouverneur du District de Bamako et celle du jugement No 91 du 10 mars 2016 du tribunal administratif de Bamako, la maire de la commune I semble rester sourde et aveugle et continue de défier la loi et les populations du quartier en voulant s’approprier coûte que coûte la gestion de l’Association de santé communautaire de Djélibougou. En effet depuis l’élection de Cheick Doucouré à la présidence du conseil d’administration de l’ASACODJE en 2007 puis le renouvellement de son mandat le 29 août 2015, un véritable bras de fer entre ce dernier et Mme Conté Fatoumata Doumbia, maire de la commune I, a éclaté au grand désarroi des populations du quartier. En effet après son élection à la présidence du conseil d’administration en 2007 et la mise en place des organes, Cheick Doucouré et son équipe avaient fait un diagnostic du centre. Après avoir fait l’état général, des grands axes ont été dégagés et un programme de travail fut aussitôt élaboré. C’est ainsi que des moyens ont été renforcés. C’est ainsi que la Cour du CSCOM fut dallée, l’intérieur et l’extérieur de tous les bureaux ainsi que la clôture furent peinturés pour une présentation correcte du centre pour un montant de 760 000 FCFA, les trois toilettes ont été entièrement carrelées, les murs de l’intérieur des salles de maternité et soins ont été carrelées de faïences blancs jusqu’à hauteur de 1m80, un réfrigérateur neuf a été acheté et mis à la disposition de la maternité, un Echographe d’une valeur de 25 millions FCFA fut obtenu grâce à une demande adressée au président du Rotary Club International, le laboratoire doté d’une centrifugeuse huit trous d’une valeur de 800 000 FCFA et un réfrigérateur d’une valeur de 150 000 FCFA, un spectromètre 22PC plus les accessoires pour un montant de 2 252 500 FCFA acheté en 2008, un stérilisateur POUPINEL d’une valeur de 850 000 FCFA fut obtenu grâce au Docteur Oumar Mariko, le laboratoire équipé d’un ordinateur PC Intel Pentium IV avec imprimante laser jet 1020 capacités 2500 copies, tous les résultats d’analyses sont automatiques édités et en 2014 le laboratoire a été doté d’un microscope ultra moderne d’un montant de 1 200 000 FCFA. Après avoir effectué l’inventaire de la pharmacie qui se chiffrait environ à 300 000 FCFA et compte tenu de la non- disponibilité immédiate des médicaments et une trésorerie inexistante, le trésorier adjoint du conseil d’administration dirigé par Doucouré, a mis à la disposition du CSCOM une somme de 1 600 000 FCFA pour l’achat des médicaments remboursables dans les mois à venir, un don de médicaments DCI d’un montant de 3 500 000 FCFA obtenu grâce au ministère de la santé le 23 février 2009, un ordinateur pentium avec écran plat a été installé pour la gestion quotidienne du stock des médicaments. Pour la salle de repos des malades, les lits ont été équipés de matelas neufs avec housse en skaï d’un montant de 275 000 FCFA. 26 blouses ont été confectionnées pour un montant de 156 000 FCFA et mis à la disposition du personnel. Mais ce que le conseil d’administration après examen des salaires, a accordé une augmentation de salaire depuis janvier 2008 ? Ce qui s’est traduit par une hausse des salaires de 38,78 à 86,05%. Et pour plus d’équité entre les agents, le conseil d’administration a privilégié les bas salaires. Ce qui a engendré une augmentation mensuelle de la masse salariale de 62, 66%. Des primes d’encouragement furent accordées en 2012 à chaque travailleur. Ainsi le responsable d’unité perçoit 40 000 FCFA, le personnel : 30 000 FCFA. Il a été institué chaque année à l’occasion des fêtes religieuses (Ramadan : 15 000 FCFA par employé et Tabaski : 30 000 FCFA par employé) et depuis le 01 janvier 2015, l’application de la convention collective des ASACO a été effective. Ce qui a permis l’amélioration des salaires d’où une augmentation du pouvoir d’achat des travailleurs. Après avoir constaté une anomalie au niveau de la comptabilité où le médecin-chef, le laboratoire, la maternité encaissait chacun ses recettes de consultations et les reversait auprès d’un agent faisant fonction de comptable, un agent chargé de l’accueil fut recruté. Pour plus de transparence dans la gestion, un registre a été ouvert pour chaque unité qui génère des recettes. Toute dépense ou recettes est l’objet d’une écriture comptable dans le compte approprié. Tout paiement égal à 25 000 FCFA est fait par chèque bancaire. Pour toutes les opérations de retrait sur ce compte, il faut deux signatures A et B. Les spécimens de ces signatures ont été déposés au niveau de l’agence BDM-SA de Korofina. Et le 21 janvier 2008 il a été procédé à l’ouverture d’un compte individuel pour chaque agent de l’ASACODJE et les salaires sont payés dès le 20 de chaque mois par virement bancaire depuis février 2008. A noter aussi que tous les agents payés par l’ASACODJE sont inscrits à l’INPS et à l’AMO et les cotisations de ces deux structures sont payées mensuellement au plus tard le 25 du mois en cours. Il est utile de rappeler que le bureau sortant avait laissé des arriérés de cotisations IMPS qui s’élèvent à 2 304 504 FCFA. Et le bureau dirigé pat Doucouré s’est engagé auprès de l’INPS pour le paiement de ces arriérés en raison de 50 000 FCFA par mois. Aujourd’hui la totalité a été totalement épongée. Les factures d’eau et d’électricité sont payées régulièrement avant leur date d’échéance. En 2011, le conseil d’administration a commencé sur fonds propres, l’exécution d’un plan d’extension du centre avec la construction d’un nouveau bâtiment à hauteur de 13 803 795 FCFA. Au lieu de féliciter et de remercier le Tout Puissant Dieu pour l’avoir donné des personnes soucieuses de la santé des hommes, des femmes et des enfants de sa commune, Mme Conté Fatoumata, une femme censée être sensible à la douleur des femmes et des enfants, n’a eu d’autre moyen que de se débarrasser d’elles comme des malpropres. Mais dans notre prochaine parution, nous vous livrerons les vraies raisons de la cabale de la Maire de la commune I contre le président Cheick Doucouré et son équipe.

Sadou Bocoum

Du 3 Août 2016