Partager

Face à l’inquiétude suscitée par des tensions persistantes depuis le 19 juin dernier entre la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), et les combattants du Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) autour de la gestion de la ville de Kidal, le ministre sortant de la Réconciliation, Zahabi Ould Sidi Mohamed, et son collègue de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, Mohamed Ag Erlaf, ont rencontré le Premier ministre nigérien, Brigi Rafini, en marge de sa visite à Bamako, le 2 juillet dernier. Ils lui ont demandé de mener une médiation à Kidal.

Le chef du gouvernement nigérien connaît bien le général Gamou, depuis l’exil de ce dernier au Niger avec ses troupes suite à la rébellion des mouvements du Nord en 2012.
Le mardi 5 juillet, le Premier ministre nigérien a appelé le général de brigade Gamou pour lui demander de venir discuter à Niamey avec les autorités maliennes et la CMA, qui sera représentée par Bilal Ag Achérif, pour trouver une solution. Le général a accepté cette médiation, mais a posé une condition.

« Il a demandé la présence de Mahamadou Diagouraga, le haut représentant de l’Etat dans le processus de paix », a confié Fahad Ag Almahmoud. Le président Ibrahim Boubacar Kéita, approché par les autorités nigériennes à ce sujet, a accepté d’envoyer son haut représentant à la rencontre d’abord fixée pour la fin de la semaine puis reportée. Les délégations maliennes sont attendues à Niamey ce 11 juillet pour
tenter de concilier les différents points de vue.

Avec JA


Attaque dans la région de Mopti : Les jihadistes tuent deux militaires

Le poste de contrôle de Dinangourou dans la région de Mopti a été attaqué tôt samedi matin par des hommes armés. Le bilan fait état de 2 militaires maliens morts et 5 autres blessés. Les corps des victimes ont été enterrés cet après-midi. Les autorités de la commune de Dinangourou attribuent cette attaque aux jihadistes.

Sur les antennes de Studio Tamani, le maire de Dinangourou, Hama Goro, a expliqué : « J’étais à la maison après la prière quand nous avons entendu des coups de feu. On est resté dans nos maisons jusqu’à la fin des échanges de tirs. On nous a fait savoir que ce sont des jihadistes qui sont venus avec un véhicule et emporter un véhicule du poste de sécurité ».

« Le bilan actuel, c’est deux morts. Il y a un Tamasheq du nom d’Intalla et un autre Koné. Tous les deux sont des militaires du poste de Dinangourou. Ce poste est installé depuis le 10 avril dernier ».

« Il y a 5 qui ont été grièvement blessés, ils ont été admis au centre de santé pour des soins. Nous soupçonnons des jihadistes, puisque le mois passé les jihadistes étaient venus dans un de nos villages à Koba. Ils étaient quatre sur deux motos ».

TS
11 Juillet 2016