Partager

Une mission du Conseil de sécurité de l’Organisation Nations Unies (ONU) est annoncée à Bamako, au Mali, les 23 et 24 Octobre 2021, Selon un responsable de la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali) joint par Le Républicain, hier, mercredi 20 octobre 2021 dans l’après midi. « Ils viennent faire le point sur la situation au Mali, ils viennent parler avec les interlocuteurs présents sur place. Ils vont parler de l’actualité », précise notre interlocuteur.

Cette mission du conseil de sécurité des Nations Unies intervient quelques jours après la visite de travail du Président de la République du Ghana, Nana Akufo- Addo, Président en exercice de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le 17 octobre dernier. Selon notre source, les membres du conseil de sécurité de l’ONU vont parler de l’actualité (l’élection-la sécurité- l’Accord pour la paix-la transition, etc.) durant leur séjour de 48heures au Mali. « Ils viennent faire le point sur la situation au Mali, ils viennent parler avec les interlocuteurs présents sur place. Ils vont parler de l’actualité », précise notre interlocuteur.

A chaque visite du Conseil de sécurité des Nations Unies au Mali, que ce soit en 2014, en 2015, en 2016 ou en 2019, des voix s’élèvent au Mali et dans la sous région pour lui demander de donner un mandat robuste à la MINUSMA capable de lutter contre le terrorisme.

Dans son dernier rapport trimestriel du 1er octobre 2021 adressé au Conseil de Sécurité des Nations Unies, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a dénoncé le retard pris dans les préparatifs des élections au Mali. « Les préparatifs des élections législatives et présidentielle programmées pour février et mars 2022 et devant mettre un terme à la transition ont pris du retard. Je note avec une grande préoccupation les retards pris dans l’organisation des élections générales et l’achèvement de la transition politique prévues pour mars 2022 », a souligné Antonio Guterres.

Dans le même rapport, le secrétaire général de l’ONU compte sur l’appui du Conseil de sécurité pour ce qui est de prendre les mesures nécessaires face aux fauteurs de troubles au Mali. «Ces derniers mois, les attaques menées par les groupes extrémistes contre les camps de la MINUSMA dans le nord du Mali se sont intensifiées. Cette situation est inacceptable et doit cesser immédiatement. Je condamne les attaques répétées contre le camp de la MINUSMA à Aguelhok. J’invite la population et les dirigeants locaux à collaborer étroitement avec la MINUSMA dans l’exécution de son mandat à Aguelhok et dans les autres régions du nord et je prends note des progrès accomplis à cet égard, notamment de l’engagement des principales parties prenantes à faciliter le travail de la Mission sur le terrain. Je compte sur l’appui du Conseil de sécurité pour ce qui est de prendre les mesures nécessaires face aux fauteurs de troubles », a indiqué le secrétaire général de l’ONU.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain